SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2022, Sunday |

Dans le bulletin d’information… Bahaa Hariri aux habitants de Tripoli: Nous appelons au changement dans les urnes

Notre État est défaillant. C’est la conclusion à laquelle sont parvenus tous ceux qui suivent la performance des officiels. Il y a confusion, chaque décision est suivie d’une décision contradictoire, comme si nous étions dans deux Etats. Jeudi, le ministre libanais des Affaires étrangères a publié une déclaration condamnant l’agression russe contre l’Ukraine. En principe, et dans les pays qui se respectent, la déclaration émise par le ministère des Affaires étrangères représente la politique de l’État, et est le résultat d’une d’une coordination entre les principaux décideurs. Ici, c’est le contraire. Le ministre du Travail, qui est affilié au Hezbollah, a annoncé vendredi en conseil des ministres que la déclaration du ministère des Affaires étrangères ne le représente pas, car elle viole le principe de neutralité proclamé par le gouvernement libanais. De quelle neutralité parle-t-il? S’agit-il de la neutralité du Hezbollah, qui intervient dans chaque pays où le Wali al-Faqih demande à intervenir? Et si le Hezbollah croit vraiment à la neutralité, pourquoi sa campagne féroce contre le patriarche maronite Mar Bechara Boutros Al-Rahi depuis qu’il a commencé à exiger une neutralité positive pour le Liban? Une deuxième affaire risible est liée à ce qui s’est passé sur le site Web du Département des affaires maritimes et du droit de la mer des Nations Unies. En début de semaine, il a révélé que la lettre envoyée par le Liban aux Nations unies, qui considère que la zone frontalière maritime entre la 23eme et la 29eme ligne est contestée, a été retirée du site et aujourd’hui il a anoncé que le message a été republié. Quel fonctionnaire a demandé de supprimer le message? Pas de réponse. Quel fonctionnaire a demandé de le republier? Pas de réponse non plus. Sommes-nous dans un pays ou dans la grotte d’Ali Baba? Certes nous sommes dans la grotte d’Ali Baba, mais les voleurs que nous avons sont bien plus de quarante!