SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 May 2022, Friday |

Dans le bulletin d’information…Ce qui est aprés le document koweïtien n’est pas comme celui qui était avant

Ce qui est aprés le papier koweïtien, n’est pas comme celui qui était avant

Des jours fatidiques attendent le Liban. L’initiative koweïtienne, comme on l’a appelée, n’est pas une initiative en premier lieu, mais plutôt un document contenant un certain nombre de demandes auxquelles le Liban doit répondre dans le contexte de la légitimité arabe et internationale. Ce document n’est pas seulement koweïtien, mais aussi du Golfe, arabe et international.

Plus que cela, le document de 10 articles est écrit dans un langage clair et sans ambiguïté. Selon les informations, le ministre koweïtien des Affaires étrangères a demandé aux autorités libanaises officielles qu’il a rencontrées de faire rédiger la réponse officielle, peut-être pour informer les ministres arabes des Affaires étrangères lors de leur réunion consultative.

Comment l’État résoudra-t-il son problème cette fois-ci avec les communautés arabes et internationales ? Le temps de la procrastination et du report est terminé pour toujours, et le président de la République, le président de la Chambre des représentants et le Premier ministre doivent déterminer une position sur ce qui se passe.
Les positions sont nombreuses, de l’insistance du Hezbollah à garder ses armes à son intervention au Yémen et dans plusieurs pays arabes, en passant par la question du Captagon.
Michel Aoun, Nabih Berri et Najib Mikati sont-ils en mesure d’apporter une réponse au document arabo-ONU ? Oseraient-ils confronter le Hezbollah avec l’amère vérité qu’il doit revenir à sa taille normale, abandonner ses rêves régionaux et ne pas rester juste un bras militaire entre les mains de l’Iran à travers de multiples rôles au Liban et dans la région ? La réponse sûre est non.
La preuve en est que le cabinet, qui a été convoqué après une longue absence, n’a même pas osé mentionner le document koweïtien-arabo-international comme s’il ne l’était pas.
Sommes-nous devant des présidents et des ministres libanais vraiment responsables, ou devant l’imagination de présidents et de fantômes de ministres et de fonctionnaires irresponsables ? La deuxième réponse est la plus probable. Par conséquent, des développements rapides seront réalisés dans les jours et les semaines à venir.