SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 July 2022, Wednesday |

Dans le bulletin d’information… Cinq peines de réclusion à perpétuité pour Oneissi et Merhi et Bahaa Hariri affirment que le temps de l’impunité est révolu

Après de longs efforts, le président de la République a décidé de convoquer des consultations parlementaires contraignantes. Mais l’étrange est que Michel Aoun, au lieu d’appeler à des consultations soit en fin de semaine, soit en début de semaine prochaine, les a reportées au milieu de la semaine prochaine, soit au bout de sept jours en tout.

Le retard dans la conduite des consultations est-il permis à ce point? La Constitution est-elle devenue, avec ses articles, un point de vue aussi? C’est malheureusement la réalité…

La raison en est, comme d’habitude, le gendre de l’alliance, Gibran Bassil. Ce dernier ne veut de gouvernement qu’à ses conditions, et il ne veut qu’un premier ministre qui réponde à ses exigences.

Et parce que Mikati est le seul proposé pour affectation, et parce que Mikati n’a pas accepté les conditions basiliennes, les consultations ont été retardées d’un mois entier.

De plus, ces consultations pourraient être à nouveau reportées si Mikati ne respecte pas les conditions de Basil. Nous sommes donc une fois de plus à la merci de Gebran Bassil et de ses caprices et désirs.

Encore une fois, nous sommes face à l’équation suivante: Soit nous nous soumettons aux conditions de Bassil, soit il n’y a ni gouvernement ni gouvernants. Alors le mandat de Michel Aoun sert-elle le Liban ou les ambitions de Gebran?