SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 May 2022, Tuesday |

Dans le bulletin d’information…De fortes divergences entre les dirigeants du mouvement Amal dans le sud

Une fois de plus, Gebran Bassil revient à son loisir préféré : provoquer les autres. Il voyage d’une région libanaise à l’autre, suscitant un esprit de défi causant de multiples problèmes. C’est ce qui s’est passé hier dans la région du Akkar, et cela peut se reproduire dans n’importe quelle autre région du Liban.

Quelqu’un pourrait dire : Pourquoi le président du Courant patriotique libre ne possède-t-il pas les mêmes droits que les autres ? Pourquoi lui interdire de se rendre dans certaines zones ? En principe, ces deux questions sont légitimes, surtout pendant les élections parlementaires, où chaque chef de parti doit mobiliser son parti et ses bases populaires et essayer de renforcer la situation électorale de son parti. Mais le problème réside dans la personnalité de Bassil. C’est un homme provocateur par excellence, et il présente des questions et des problèmes en défiant les autres, ce qui fait de sa visite dans certaines zones un projet de sédition, voire un projet pour une guerre civile. C’est ce qui s’est passé durant l’été 2019 dans la région de Qabr Shmoun.

En conséquence, Bassil veut par toutes les provocations l’annulation des élections, comme il a déclaré hier que le Courant patriotique libre (CPL) suspendra sa participation aux élections si les actions contre ce dernier se poursuivent sans que le gouvernement assume sa responsabilité. Ceci est attendu et pas surprenant, car le CPL et Gebran Bassil craignent les résultats des élections.

Quant à vous, Chers Libanais, soyez à l’heure le 15 mai et participez largement aux élections. Votre pays a besoin de vous et le devoir électoral vous appelle. « Vos votes sont notre arme légitime pour changer ce système et pour que nous restions ».