SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Dans le bulletin d’information… Entre l’Arabie Saoudite et l’Iran… qui est le plus grand partisan du Liban?

Après trente ans à la tête du parlement, le phénomène Nabih Berri prendra-t-il fin aux élections de 2022? Jusqu’à présent, les données indiquent le contraire. Nabih Berri partagera en principe les sièges parlementaires chiites avec le Hezbollah, à l’exception d’un ou deux sièges qui reviendront aux forces d’opposition de la communauté politique chiite. Par conséquent, Amal et le Hezbollah nommeront à nouveau Berri,ce qui force le reste des partis à voter pour lui ou à accepter sa réélection, étant donné que le pacte sectaire le dicte.Ainsi, la communauté chiite reviendra et imposera le chiite fort à la tête du Parlement. Le problème ici n’est pas avec le jeu démocratique en soi, mais avec la tricherie en ce jeu. Nous savons, et tout le monde le sait, que les armes contrôlent certaines régions du Liban. Comment peut-on, dans cette situation, se fier aux résultats des élections dans ces zones? L’arme illégale n’est-elle pas une menace au processus électoral? Et comment le chiite qui s’oppose au duo ose-t-il exprimer son opinion et voter librement en présence des armes dans certaines zones précises du Liban? Et le pire de tout, le système dirigeant et de contrôle a refusé d’approuver l’adoption de mégacentres pour voter. De quelle démocratie parle le duo et le système? Existe-t-il une démocratie avec des armes illégales?