SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Dans le bulletin d’information… La campagne contre la corruption promise… inclut-elle les proches du mandat?

Le premier avril, c’est la journée mondiale du mensonge. Ce jour-là, nous pouvons mentir aux autres un pieux mensonge pendant une courte période de temps. Le pieux mensonge est acceptable et autorisé un jour dans l’année. Mais les piliers du système mentent chaque jour, et leurs mensonges sont comme leurs cœurs aussi noirs que le charbon. Et si nous voulions maintenant énumérer leurs mensonges contre les Libanais, nous n’en finirons pas. Il suffit de s’arrêter à deux mensonges qu’ils ont essayé de nous transmettre. Le premier mensonge est qu’ils sont pressés de lancer le plan de relance économique, et donc qu’ils veulent approuver le budget 2022 et la loi sur le contrôle des capitaux au plus vite. Mais en conséquence, il est devenu clair que leurs intentions ne sont pas sincères. Ils veulent gagner les élections, pas parvenir à une réforme financière et à une reprise économique. Par conséquent, ils ont tergiversé, et épuisé le temps de la législation jusqu’au bout, de sorte qu’il est probable que les deux lois ne seront pas votées avant les élections législatives. Deuxième gros mensonge: la guerre féroce que le mandat ouvre contre le gouverneur de la Banque du Liban. Indépendamment de l’éligibilité de cette guerre ou non, mais il est prouvé que le mandat l’utilise pour négocier avec les autres. C’est-à-dire qu’il a fait de la tête de Riad Salameh un matériau d’achat et de vente. Le mandat ne veut ni de réforme ni l’élimination de la corruption, mais tout ce qu’il veut, c’est obtenir d’autres gains et de nouveaux avantages, en exploitant au maximum les pratiques mauvaises et illégales de Riad Salameh dans la gouvernance de la Banque centrale. En somme, le système au pouvoir est le modèle flagrant du mensonge perpétuel. C’est pourquoi nous lui disons: Joyeux premier avril.