SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Dans le bulletin d’information…La dernière session du gouvernement de Mikati

L’élection d’un président de la Chambre des représentants est le premier test pour le nouveau parlement, et aussi pour les anciennes et nouvelles forces politiques. En principe, il n’y a pas de candidat sérieux pour le poste, à part le président Nabih Berri. Les vingt-sept représentants chiites sont tous membres du duo chiite, car il n’y a pas un seul représentant chiite en dehors du cadre de ce duo (Hezbollah et Amal).

Par contre, il n’est pas possible d’élire un député non chiite à ce poste. La suppression du sectarisme politique devrait être approuvée pour tous les postes, et pas seulement en fonction des besoins. Alors, que peuvent faire les forces souveraines et les forces de changement ?

Voter blanc est la réponse. Les véritables forces de changement qui veulent prouver la légitimité de leur expérience doivent voter avec un papier blanc. Il en va de même pour les pouvoirs souverains. Mais si les forces mentionnées sont entrées dans le bazar de ce système corrompu, cela signifie qu’elles ne sont pas mieux que les forces soi-disant de résistance qui nous ont amenés là où nous sommes.

L’élection du président du Conseil est donc une étape importante. Les nouveaux députés réussiront-ils à passer l’examen et à dessiner une nouvelle scène au Parlement ?