SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Dans le bulletin d’information… Le chaos sera-t-il la dernière carte entre les mains de l’autorité pour arrêter les élections législatives?

Une fois de plus, le Courant patriotique libre et son chef prouvent qu’ils appartiennent à la démagogie, au populisme et au mensonge aux gens, en particulier aux partisans et aux personnes qui soutiennent ce parti.

Lors des précédentes élections, il y a quatre ans, Gebran Bassil affirmait qu’il était le champion des droits des chrétiens, et que sa mission, s’il entre au parlement, est de préserver les droits des chrétiens. Et sur la base de cette théorie erronée, il a qualifié Nabih Berri de voyou.

Cela s’est répercuté positivement sur sa campagne électorale, car de nombreux chrétiens l’ont soutenu, estimant qu’il les sauverait de la domination du mouvement Amal dans les administrations publiques et de son argent public souvent gaspillé.

Mais Gebran Bassil n’était pas meilleur que Nabih Berri, puiqu’il est un voyou aussi, et cela était évident dans le ministère de l’Energie ou dans la plupart des administrations publiques ou ministères qu’il a reçus. Mais le problème cette fois est que Gebran Bassil et le mouvement sont incapables de cibler le mouvement Amal et son leader, Nabih Berri. Puisqu’ils ont besoin de leurs voix et du mouvement.

Dès lors, la solution était de porter les accusations contre le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh.

Gibran Bassil a-t-il oublié que les responsables politiques portent la responsabilité de l’effondrement financier, au moins autant que le gouverneur de la Banque du Liban? Pourquoi les gens se moquent-ils des gens, et y a-t-il quelqu’un qui demande encore pourquoi le Liban s’est effondré?