SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 October 2022, Saturday |

Dans le bulletin d’information… Le conflit russo-ukrainien va-t-il se transformer en une troisième guerre mondiale ?

Quiconque écoute le secrétaire général du Hezbollah, dans son interview télévisée d’hier, sera assuré que Hassan Nasrallah n’est pas en contact avec la réalité, ou que son image de la réalité est déformée… du moins.

Il est vrai qu’il s’adressait à la chaîne de télévision du Hezbollah, signifiant que le but était de mobiliser sa rue et de lui remonter le moral, mais cela signifie-t-il que l’interview se transforme en une incarnation vivante du déni de réalité ? Les preuves en sont nombreuses, y compris sa déclaration selon laquelle la résistance est aujourd’hui plus forte que jamais et qu’aucune époque ne s’est écoulée où elle était aussi forte.

Hassan Nasrallah croit-il vraiment ce qu’il dit ? A-t-il oublié, par exemple, quelle était la situation de la résistance entre 2000 et 2006 ? Dans les années 2000, Israël s’est retiré et la libération a été réalisée, de sorte que le parti a monopolisé la victoire et enregistré la libération en son nom.

En 2006, il a mené la guerre de juillet contre Israël, et les Libanais se sont rassemblés autour de lui, et des photos de Hassan Nasrallah ont été diffusées dans de nombreux pays arabes. La situation est aujourd’hui inversée. La majorité du peuple libanais ne soutient pas la performance du Hezbollah ni la manière dont elle est gérée à l’intérieur du Liban.

Les Libanais, qui ont été brûlés par l’incendie du 7 mai, et par le comportement des propriétaires des chemises noires, et qui ont été témoins des incidents de Tayouneh et d’autres, tous ceux-là et d’autres ne sont pas avec le Hezbollah ni avec son secrétaire général parce que les armes n’étaient pas dirigées contre Israël, mais contre eux, et contre leur propre sécurité, leurs familles et leurs biens. Ainsi, Nasrallah ne peut pas se vanter, comme il l’a fait hier, que l’audience de la résistance est la plus importante du Liban.

Non, monsieur le secrétaire général. Vous savez que la plupart des chrétiens, sunnites et druzes, ainsi qu’une bonne partie des chiites veulent l’État libanais, pas un mini-État du Hezbollah.

D’où venez-vous s’ils étaient majoritaires ? Alors de quelle résistance parles-tu ? S’agit-il d’une résistance qui n’a pas tiré une seule balle sur Israël depuis 2006 jusqu’à aujourd’hui ? Ou d’une résistance qui est devenue synonyme de terrorisme, non seulement parmi la plupart des pays du monde, mais même parmi de nombreux pays arabes qui étaient avec vous dans la guerre de juillet ?

Monsieur le Secrétaire général, révisez vos comptes, et voyez la réalité telle qu’elle est, afin que l’heure de vérité ne soit pas si dure et douloureuse…