SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 July 2022, Saturday |

Dans le bulletin d’information… Le Liban se dirige-t-il vers le scénario irakien?

Le Hezbollah s’emploie à préserver les 65 voix obtenues par Elias Abu Saab lors des élections à la présidence de la Chambre des représentants, afin que la mission de former le nouveau gouvernement revienne à Najib Mikati, qui s’est révélé au duo chiite en premier lieu , et le Mouvement patriotique libre au second degré, qu’en plus de son professionnalisme dans les virages, Il sait se tenir réellement du côté de l’axe de la résistance sans affronter ses adversaires et sans contrarier la rue sunnite.

En conséquence, les lettres de créance de Mikati ont été présentées par ses pratiques antérieures à la tête du pouvoir exécutif, ce qui a fait de lui le plus susceptible d’être nommé, avec une majorité de 65 voix, comme président chargé de former le dernier gouvernement de l’ère aouniste.
Toute la question est donc liée à la manière dont le Hezbollah traitera les ambitions des riches et de ceux qui cherchent à diriger le gouvernement, en particulier ceux qui se disent indépendants.

Quant aux souverains et aux représentants du changement et des indépendants, certains d’entre eux ne pourront pas changer la volonté du Hezbollah à cet égard, car le total de leurs voix ne dépasserait pas 63 voix s’ils étaient tous unis.

La vérité est que la révolution du 17 octobre, qui a réussi à apporter 13 changements au symposium parlementaire et qui a changé l’approche des affaires publiques d’une grande partie du peuple libanais, n’a pas été en mesure de changer la façon dont le système tripartite traitait les affaires politiques, en plus des dossiers économiques et sociaux.

Elle n’a pas non plus particulièrement réussie à contrôler les ambitions de certains élus nouvellement élus sous le toit de l’intérêt suprême libanais.