SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

Dans le bulletin d’information… le séisme du 14 février… Rafik Hariri le rêve du Liban est mort

Dix-sept ans depuis le 14 février 2005.

Ce jour-là, ceux qui avaient des idées noires et des cœurs noirs ont décidé d’éliminer Rafik Hariri.

A cette époque, ils croyaient que l’abolition de Rafik Hariri, la personne, détruirait le projet, et que l’abolition de Rafik Hariri, la personne, conduirait à une perte d’espoir au Liban.

Ce qu’ils avaient prévu pour ce jour-là, ils n’ont pas réussi à le réaliser.

Les forces syriennes ont quitté le Liban, et le sang de Rafik Hariri a fleuri pour une seconde indépendance. Mais le problème est que ceux qui ont reçu le flambeau de Rafik Hariri n’ont pas réalisé que l’élimination de la présence syrienne au Liban n’est pas tout le problème.

Le Hezbollah se prépare depuis des années et des années à construire son propre État, et il attendait le bon moment pour retirer le masque de son visage et montrer son véritable plan. Ainsi, dès que la tutelle syrienne a cessé, le véritable état du Hezbollah est apparu, et tout le monde s’est rendu compte que le Liban était entré dans l’ère du Hezbollah.

Au lieu de prendre la décision d’affronter la situation du coup d’État, les compromis sont devenus la norme et l’approbation du Hezbollah est devenue la politique suivie.

Même au sujet du procès international et accusant le Hezbollah d’une manière ou d’une autre en accusant l’un de ses membres d’avoir perpétré l’assassinat, jusque-là, un compromis s’opérait sur lui.

Aujourd’hui, à l’occasion de la mémoire du Dix-sept ans depuis l’assassinat de Rafik Hariri, la décision doit être claire.

Il est interdit que le sang de Hariri coule en vain. Tout comme c’était la raison de la sortie des Syriens du Liban, cela devrait être le point de départ de la construction d’un État de souveraineté et de droit, et cela ne peut être atteint par la présence de l’État du Hezbollah au sein de l’État libanais.

C’est le défi lancé au peuple libanais et à tous ceux qui veulent suivre la voie du Premier ministre martyr et ne pas faire assassiner Rafik Hariri deux fois!