SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Dans le bulletin d’information… Les derniers arguments du système pour suspendre l’éligibilité du 15 mai et pas de crédits pour les élections

La tempête Greta a fait son travail au Liban, et elle continue jusqu’à la fin de la semaine prochaine.

Si les circonstances étaient normales, Greta aurait été bonne pour le Liban. Mais le problème est que la tempête polaire est arrivée dans les pires conditions économiques et sociales. Les prix du carburant augmentent, ce qui a transformé la vie des Libanais en enfer, même dans le froid.

Imaginez que des familles entières soient privées de chauffage, à la lumière de ce temps glacial!

Tout est cher, à commencer par l’électricité, si elle est disponible, en passant par le diesel et même le bois de chauffage. Mais malgré la sévérité de Greta, cela reste meilleur que le système politique en place.

Au moins, cela ne durera pas plus d’une semaine, alors que le système dirigeant a pénétré les détails de l’État depuis plus de trente ans.

Et si « Greta » a refroidi les Libanais, les piliers du système ont tout brûlé et n’ont rien laissé sur le territoire de la république. Et le dernier de leurs trucs, c’est qu’ils recommencent à essayer de reporter les élections, que ce soit par le biais du mégacentre qui a échoué, ou en disant qu’il n’y a pas encore d’argent pour tenir les élections !

Cette déclaration surprenante n’est pas de notre invention, mais plutôt du président de la République devant ses visiteurs à Baabda.

Y a-t-il une logique dans ce que le président a dit? En somme, nous n’avons que deux solutions. Si le président manœuvre en disant cela, c’est une catastrophe.

Mais s’il dit la vérité, la catastrophe est plus grande. Ensuite, lui et tous les responsables doivent prendre une décision historique, qui est la demande de déclarer le Liban un État en faillite. N’était-ce pas surprenant? Des dirigeants et des présidents défaillants ne peuvent que conduire le pays à un grand échec!