SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Dans le bulletin d’information… Quel est le plafond des dépenses électorales des candidats?

Le mandat fort nous a vraiment perdus, car il dit une chose et son contraire en même temps. Dans les médias, il montre son intérêt pour le trésor public, et en retour on le voit commenter les opposants, les accusant de gaspillage et de vol.

Il essaie de se disculper de toute accusation ou de tout acte répréhensible.

Le maître du mandat et les piliers de ce mandat peuvent dire et appeler ce qu’ils veulent. Mais la réalité et la vérité sont ailleurs. L’histoire de la corruption ne commence pas et ne se termine pas avec Riad Salameh, car ils tentent de dépeindre l’affaire. Bien sûr, Salameh fait partie de la corruption endémique de l’État, mais il ne réduit pas tous les éléments de corruption à sa personne. La preuve la plus évidente en est le dossier de l’électricité qui est sous la garde du Courant patriotique libre depuis plus de dix ans.

Ce dossier est le plus sombre du mandat de la Seconde République, alors qui en est responsable? N’est-ce pas l’équipe du président de la République, notamment son gendre, le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, qui a été en charge du ministère de l’Energie pendant de longues années?

Pourquoi Gebran Bassil et ceux qui l’accompagnent ne fournissent-ils pas des documents sur ce qu’ils ont fait au cours de l’année écoulée? Pourquoi n’admettent-ils pas que leurs mauvaises politiques, peut-être élaborées et planifiées, sont celles qui ont causé un déficit de plus de cinquante milliards de dollars pour l’État?

Et ce qui est pire, c’est que jusqu’à présent, Bassil et ses ministres ne veulent pas la mise en place de l’autorité de régulation de l’électricité qui puisse atteindre la transparence requise dans le secteur de l’électricité.

Au lieu de cela, ils insistent encore pour obtenir une nouvelle avance pour l’électricité et l’insérer dans le budget général, comme si nous n’étions pas satisfaits de la politique des prêts, du gaspillage, des marchés et des vols.

Nous disons à cette alliance forte, si vous voulez vraiment un état d’institutions et de transparence, pourquoi ne pas commencer par vous-même et vos proches? N’avez-vous pas entendu le dicton de ce proverbe : Docteur, soignez-vous d’abord?