SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 15 August 2022, Monday |

Dans le bulletin d’information…Le Courant combat les moulins à vent

En principe, il n’y a pas de nouveau gouvernement d’ici la fin du règne de Michel Aoun, dans quatre mois et sept jours. Bien sûr, le Premier ministre en charge veut former un gouvernement. Il est surréaliste d’être président deux fois sans être un vrai chef de gouvernement une seule fois. Aujourd’hui, Mikati est le chef du gouvernement intérimaire, qui est maintenant nommé chef du gouvernement chargé de former un nouveau gouvernement, mais dans les deux cas, il n’est pas le chef d’un gouvernement efficace et compétent.
Il est probable que l’affaire se poursuivra jusqu’après le 31 octobre, et la raison en est simple parce que le gendre de l’alliance, Gebran Bassil, forme un gouvernement de son goût ou préfère perturber la formation d’un gouvernement.
La perturbation est inhérente à la performance du Courant patriotique libre depuis qu’il a commencé sa carrière politique au Liban de 2005 à nos jours. À chaque avantage du gouvernement, les revendications incapacitantes du Courant patriotique libre sont mises en évidence, notamment le ministre de Gebran Bassil, qu’il soit un vainqueur des élections législatives ou un perdant.
Ce n’est pas seulement le droit du gouvernement, mais aussi le droit présidentiel.
Michel Aoun a toujours perturbé l’élection présidentielle, conduisant à son arrivée à la présidence, qui a eu lieu en 2008 et 2016. Nous sommes donc face à un courant brisé qui sacrifie tout pour préserver ses privilèges et ses acquis. C’est un courant négatif, qui combat les moulins à vent s’ils ne trouvent personne à combattre. Est-ce en combattant les moulins à vent que les États sont construits et que les gens prospèrent ?