SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

L’Espagne va accorder des jours de congés aux femmes à cause des règles

Le gouvernement espagnol devrait voter pour approuver une nouvelle loi la semaine prochaine permettant aux femmes de prendre un congé menstruel du lieu de travail chaque mois.

La mesure fait partie d’un projet de loi plus large sur la santé reproductive et le droit à l’avortement, dont les détails devraient être divulgués mardi, selon les médias locaux.

El País a indiqué que la loi proposée allouerait au moins trois jours de maladie par mois aux femmes souffrant de douleurs menstruelles.

El Pais a ajouté que ce « congé médicalement supervisé » peut être prolongé à cinq jours pour les femmes souffrant de crampes sévères, de nausées, de vertiges et de vomissements.

Quelques pays adoptent actuellement le congé menstruel, principalement en Asie, comme le Japon, Taïwan, l’Indonésie, la Corée du Sud et la Zambie.

Selon l’Association espagnole d’obstétrique et de gynécologie, environ un tiers des femmes souffrant de menstruations souffrent de douleurs intenses connues sous le nom de dysménorrhée, et les symptômes de la dyslexie comprennent des douleurs abdominales sévères, de la diarrhée, des maux de tête et de la fièvre.

« Lorsque le problème ne peut pas être résolu médicalement, nous pensons qu’il est très raisonnable d’avoir un handicap temporaire » en faveur des personnes souffrant de douleurs menstruelles, a déclaré à El Pridico la ministre d’État espagnole pour l’égalité et la lutte contre la violence à l’égard des femmes, Angela Rodríguez.

Elle a ajouté « Il est important de clarifier la gravité de la douleur associée à la menstruation, car nous ne parlons pas d’un léger inconfort, mais de symptômes graves tels que diarrhée, maux de tête sévères et fièvre ».

Si elle est adoptée, la loi sera suivie d’autres mesures, telles qu’une réduction d’impôt sur les produits d’hygiène féminine dans les magasins et la disponibilité gratuite de produits menstruels dans les écoles et les centres éducatifs.

Le projet de loi sur la santé garantirait également le droit de demander l’avortement gratuit par le biais du système public de soins de santé du pays et éliminerait l’exigence du consentement parental pour la procédure pour les jeunes de 16 et 17 ans.

Les nouvelles lois, dévoilées pour la première fois par Radio Cadena Ser, comprennent également d’autres mesures visant à améliorer la santé du cycle menstruel, notamment en exigeant que les écoles fournissent des produits de santé aux filles dans le besoin.