SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 16 October 2021, Saturday |

« Al-Riyadh »: L’explosion du port de Beyrouth n’était qu’un résultat naturel de la corruption et de l’effondrement de l’État

« Rien ne réduit le sens de l’État au Liban, comme l’horrible explosion du port de Beyrouth, qui en est à son premier mémoire aujourd’hui, et ici l’explosion n’est pas le résultat de la corruption et de l’effondrement de l’idée de l’État au Liban, au nom de l’idée de milice, de sectarisme et de la mafia politique qui détient les problèmes du Liban », a déclaré le journal al-Riyadh dans un article. « Le moment de l’explosion lui-même a révélé l’insouciance de la classe politique et la perte du moindre signe de responsabilité humanitaire et nationale, car aucun haut responsable libanais ne s’est présenté sur le site de l’attentat, laissant cette tâche aux présidents et responsables étrangers, n’a pas hésité à condamner et à réprimander le système politique libanais en direct, sans aucune réponse ni tentative de sauver la face d’aucun responsable libanais ».

Elle a déclaré« Après l’explosion, un an après la catastrophe, la justice est toujours absente, pas une seule personne n’a encore été condamnée, et les familles des victimes et des personnes déplacées attendent toujours la parole du pouvoir judiciaire pour faire passer les responsables de la tragédie devant la loi, et pour les tenir pénalement et politiquement responsables d’avoir négligé ou négligé des vies ». L’État n’attend pas qu’un pouvoir judiciaire indépendant ou que justice soit rendue.

« La douloureuse vérité au Liban est que dans chaque explosion, assassinat ou crime odieux, non seulement les victimes meurent, mais la vérité meurt avec elles au même moment, et les faits répétés de l’histoire révèlent chaque fois que le régime en vigueur au Liban », a déclaré le journal. La mort de la vérité et la vie du tueur.