SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 9 August 2022, Tuesday |

La scène politique au Liban reste telle qu’elle est

Alqabas
A A A
Imprimer

Pas de nouveauté et aucun progrès qui indique une brèche dans la scène politique au Liban, alors que les paris sur la résolution de l’impasse sont devenus liés à deux choses: le succès de la tentative de lier la tenue d’une session extraordinaire de la Chambre des représentants à l’activation du travail du gouvernement d’une part, et le sort de la table de dialogue national d’autre part.

Les données disponibles ne suggèrent pas que l’ouverture d’une session extraordinaire de la Chambre des représentants conduira au démantèlement des familles du gouvernement, en particulier après le déclenchement de la guerre des pouvoirs entre les présidences de la République et la Chambre des représentants, malgré l’ouverture d’un contrat extraordinaire pour le Parlement en accord avec le Premier Ministre Najib Mikati, précisant la priorité des projets de loi à étudier et à approuver conformément à l’article 33 de la Constitution, le Président du Conseil Nabih Berri s’est empressé de répondre, considérant que le Conseil est autonome, et que personne n’a le droit de le dicter.
Au cours de son travail, qui perturbe les efforts du Premier ministre pour arranger les relations entre les deux parties, ce qui peut donc conduire à l’acceptation du duo chiite d’ouvrir les portes du secret fermé pendant trois mois.

Pour sa part, une source de l’opposition a déclaré que les forces politiques traitent froidement le sujet du dialogue national, compte tenu des expériences antérieures dans de telles invitations, en plus de leur calendrier et de leurs circonstances.

La source a souligné qu’Aoun savait à l’avance que les forces politiques qui avaient rompu tous les liens avec la présidence de la république et le Courant patriotique libre ne viendraient pas au palais de baabda, et elle considère cet appel comme une tentative de sauver ce qui peut être sauvé dans les derniers mois de l’alliance.

Selon la source, l’équipe présidentielle s’efforcera de persuader les forces politiques de toutes les directions de participer au dialogue, comme la dernière chance de sauver le pays et non le Pacte.