SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 January 2023, Monday |

Le président de l’Ordre des pharmaciens à « Sawt Beirut International »: On peut atteindre une fermeture complète

Lorsque le peuple libanais a été informé qu’il se preparaient à entrer dans « l’enfer », lors de la conférence de presse tenue par le président Michel Aoun, le mot est devenu « un trend » toujours en tête de liste.

Selon les religions monothéistes, « l’enfer » reçoit les punis, mais cette affaire ne peut pas inclure l’ensemble du peuple libanais. Ils ne peuvent pas être punie pour les actions de ceux qui détiennent l’autorité qui sont venus contrôler les citoyens qui leur ont donné confiance dans les elections, en gardant à l’esprit qu’il y a une partie des Libanais qui n’a pas participé.

Une source qui suit l’effondrement qui a commencé à affecter toutes les institutions de l’État estime que le principal dilemme qui renversera toutes les nécessités de la vie est « l’énergie » qui provoquera l’effondrement global. Et le secteur de la santé en sera la première victime, dont les produits de première nécessité pour effectuer des opérations chirurgicales et les tests de laboratoire, ainsi que les médicaments, ne lui ont pas fourni.

Une source au ministère de la Santé, associe la solution à la Banque centrale, soulignant que le ministre de la Santé Hamad Hassan a fait la visite de tous les responsables qui ont affirmé leur refus de lever les subvention de ce secteur, et ainsi il a continué.

il a confirmé qu’ils leur avaient promis de recevoir les médicaments des entrepôts au cours de cette semaine, ce qui est suffisant pour une période comprise entre un et trois mois.

Quant à la question des patients dialysés et de leur obsession de payer leurs factures d’hôpital en dollars, la source a estimé que cette affaire ne s’est pas produite jusqu’à présent puisque les crédits ne sont pas ouverts pour eux par la Banque centrale. Elle a souligné que les médicaments de ces patients sont disponibles dans les entrepôts.

Quant à la question de l’électricité, qui peut avoir un impact important sur le travail des hôpitaux, la source a souligné que la fourniture du courant électric est continue et ne fera pas l’objet d’un rationnement sévère. Et elle sera prioritaire dans les heures d’alimentation.

En somme, il n’y a pas de réponses tant que les clés de la solution manquent entre la Banque centrale, le ministère de la Santé et le Syndicat des importateurs de médicaments.Seul le citoyen paie le prix des mauvaises stratégies.Atteindrons-nous le stade de la mort dans les logement et aux portes des hôpitaux, surtout après la décision de la fermeture « forcée » des pharmacies vendredi prochain après qu’elles ont terminé leurs Stock medicaments?

Le président de l’Ordre des pharmaciens Ghassan Al-Amin a exprimé ses regrets face à la situation dans son discours à « Sawt Beirut International » soulignant que le Liban traverse une crise financière et économique, et donc la Banque du Liban devrait déterminer la valeur de subvention qu’elle peut débourser, et en conséquence les priorités peuvent être fixées et la division de la facture des médicaments sur le type de médicament à être subventionné en tout ou en partie, ou la lever de subvention total pour les autres, en particulier ceux qui ne sont pas utilisés au quotidien.Et si nous n’avons pas la capacité de subventionner, il faut trouver des alternatives.

Quant à l’action des propriétaires de pharmacies,le président a souligné qu’ils expriment leur douleur, il soutient donc leurs revendications, notant que les gens ont manifesté et l’Etat n’a pas bougé, soulignant que nous n’avons pas beaucoup de temps et que les choses peuvent atteindre une fermeture complète avec la perte des médicaments restants.