SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

les Libanais font face à de nouvelles scènes de files d’attente devant les boulangeries

Il semble que les Libanais assisteront à des scènes de nouvelles files d’attente devant les boulangeries demain, après que les propriétaires des boulangeries aient poussé un cri d’alarme en raison de la perte des quantités de blé nécessaires à la production du pain, qui va très probablement perdre du poids ou augmenter son prix dans les prochaines heures.

Le directeur général des céréales et des betteraves à sucre au ministère de l’économie, Gerges Berbara, a indiqué qu’ « il n’y a pas de crise du pain, la farine est là, mais les quantités livrées aux boulangeries sont peu nombreuses, en raison du retard dans le transfert de l’argent de la Banque du Liban pour soutenir les navires de blé importé malgré les approbations du ministère de l’économie, ce qui signifie que les navires transportant du blé déchargent des cargaisons non payées. »

Et il a révélé dans une interview à « An-Nahar » que « des recherches sont en cours au ministère de l’économie afin de déterminer une nouvelle grille de prix pour le pain, après l’augmentation significative du taux de change du dollar sur le marché noir et son arrivée à la limite de 32.000 livres, mais en même temps le ministère est incapable de déterminer les prix, parce que le taux de change n’est pas fixe et augmente d’heure en heure. »

Cependant, le président du syndicat des boulangeries Ali Ibrahim avait un avis différent, car il considérait que « la livraison de farine en petites quantités signifie qu’il y a une crise du pain, alors comment les boulangeries peuvent-elles fabriquer la quantité de pains qu’elles produisent habituellement avec une plus petite quantité de farine ? Les moulins ne livrent pas la farine aux boulangeries, attendant que le dossier soit jugé à la Banque du Liban, et donc les boulangeries produiront du pain demain selon les quantités de farine disponibles, et la vente sera limitée à ses halles sans distribution aux magasins. »

En ce qui concerne le prix attendu du pain après la hausse du taux de change du dollar, Ibrahim a déclaré que « le ministère de l’Économie voulait fixer le prix du pain de 915 grammes à 10 000 livres libanaises ce matin, selon le taux de change de 30 mille livres libanaises, mais le taux de change était de 31 mille libanaises, et avec le saut du dollar dans la soirée, le poids d’un pain peut tomber à 875 grammes, à condition que le prix reste le même. »

En réponse à la fixation du prix du pain selon le taux de change de 30 mille livres libanaises pour un dollar, Berbara a expliqué que « le taux de change du dollar était de 30 mille livres libanaises le matin, mais jusqu’à l’achèvement des tableaux et la confirmation du prix avec les moulins et les fours, le dollar a augmenté et a atteint 32 mille livres liabanaises, donc nous avons demandé de partir avec un prix d’un dollar 30 mille livres libanaises jusqu’à demain pour préciser le prix du dollar, qui augmente sans limite. »

Dans le contexte de la pénurie des quantités de farine du marché libanais, des informations ont été rapportées sur l’activité de la contrebande de farine vers la Syrie à travers des passages illégaux, dans le but de la vendre à des prix élevés et de faire des profits, sachant que les opérations de contrebande ont lieu depuis longtemps, surtout en ce qui concerne les matériaux subventionnés par la Banque du Liban.