SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 May 2022, Friday |

Les pays du Golfe donnent 5 jours au Liban

Nida Al Watan
A A A
Imprimer

Les pays du Golfe ont donné 5 jours à la partie libanaise pour fournir des réponses claires et directes aux points contenus dans le message transmis par le ministre koweïtien des Affaires étrangères Ahmad Nasser Al-Mohammad Al-Sabah aux responsables libanais, afin que le ministre libanais des Affaires étrangères Abdullah Bou Habib puisse emporter ces réponses avec lui au Koweït le 29 de ce mois. Cette promesse sera le témoin de consultations présidentielles entre le Palais de Baabda, Ain al-Tineh, et le Grand Serail pour formuler la réponse officielle libanaise au message des pays du Golfe, au milieu d’une confusion qui a dominé ces dernières heures l’atmosphère du personnel de l’autorité, après qu’ils aient été surpris par un panier intégré de demandes arabes qui n’excluent pas la nécessité d’appliquer la résolution 1559, qui stipule que la limitation des armes est entre les mains de l’État et de ses organes légitimes, d’autant plus que des informations ont révélé que le président Michel Aoun, qui était le parrain de la résolution 1559, a exprimé indirectement ses réserves quant à la demande de désarmer les milices au Liban, indiquant ainsi l’impossibilité de résoudre le problème des « armes du Hezbollah » car il s’agit d’un problème régional plutôt que libanais.

Après sa sa visite aux trois présidents, Al-Sabah a confirmé qu’il est porteur d’un « message koweïtien, des pays du Golfe, des pays arabes et internationaux, comme des mesures et des idées proposées afin de rétablir la confiance entre le Liban et les pays du Golfe », Il a expliqué qu’ « il s’inspirait essentiellement de l’accord de Taëf, des résolutions de la légitimité internationale et d’autres décisions antérieures de la Ligue des pays arabes », tout en appelant le Liban à ne pas servir de « plate-forme pour toute agression verbale ou réelle » contre les Arabes et les États du Golfe.

Dans le détail, les points du message des pays du Golfe se répartissent entre la demande au gouvernement libanais de mettre en œuvre des réformes radicales incluant tous les secteurs, notamment celui de l’électricité, la lutte contre la corruption, le contrôle des frontières et des passages, et l’engagement à achever la mise en œuvre de l’accord de Taëf, à appliquer les résolutions 1559, 1701 et 1680 du Conseil de sécurité, et le renforcement du rôle de l’armée libanaise dans la préservation de la sécurité et de la stabilité du Liban, le confinement des armes aux institutions de l’État, l’arrêt des agressions verbales et hostiles contre les pays arabes et du Golfe, et la garantie que le Liban ne soit pas une plate-forme de lancement pour tout acte terroriste qui déstabilise la stabilité et la sécurité de la région arabe ou une base et un couloir pour l’exportation de drogues vers les pays arabes.