SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 July 2022, Wednesday |

Les secrets des journaux locaux d’aujourd’hui

Al-Nahar

Il y a une circulation très discrète au sein des milieux bancaires sur l’existence d’une relation profonde pour une banque avec le portefeuille financier secret de la plupart des dirigeants et cadres du « Hezbollah » et de ses institutions et hommes d’affaires chiites qui la financent dans les pays expatriés.

Ces milieux craignent une crise majeure qui pourrait affliger le secteur bancaire si cette relation était révélée au public, compte tenu des conditions monétaires dégradées, difficiles et sans précédent que connaît aujourd’hui le Liban.

Des partisans d’un parti centriste affirment que le mouvement « Amal » ne leur a donné, pour la première fois dans cette élection, aucune voix dans toutes les circonscriptions en dehors des sessions précédentes.

Il a été noté qu’un ancien ministre a abaissé son niveau d’escalade politique après sa chute aux élections, à condition d’avoir des positions à faire parler dans de nombreux dossiers.

Al-Joumhouriya

Un courant politique de premier plan revient sur les performances de ses responsables lors des élections et de ce qui les a précédées, et introduira des mesures d’organisation et de nouvelles formations.

Les observateurs ont considéré que ce qui s’est passé hier à la Chambre des représentants équivalait à des tirs au but dans le match politique ouvert depuis les élections législatives, en l’absence du coup de sifflet de l’arbitre.

Certains députés se sont rebellés contre la décision de leur président et ont voté en séance contre ses directives.

Al-Liwaa’

Un économiste affirme que la baisse du taux de change du dollar de 10 mille d’un coup, vise à faire passer les élections à la présidence et au bureau du Conseil, en dehors de la pression financière !

Un ancien ministre a des informations selon lesquelles des centres d’applications de tarification en dollars, au marché noir, sont situés dans certaines banlieues de la capitale.

La relation entre une référence officielle et une référence monétaire semble quasi inexistante, sur fond de positions qui ont précédé le gouvernement considéré comme démissionnaire.

« Nidaa’ Al-Watan »

Certaines sources ont comparé la session parlementaire d’hier à la session électorale du président Sleiman Franjieh en 1970, le président Nabih Berri et les représentants Elias Bou Saab et Alain Aoun.

Les cercles du 8 mars ont exprimé leur satisfaction face à l’état de désagrégation et de déperdition vécu par les députés du changement, et certains d’entre eux ignoraient les dispositions du régime interne du Parlement.

Le Courant patriotique libre s’apprête à nommer des personnalités sunnites proches de lui pour les affecter à la formation du gouvernement, et l’on dit que parmi eux se trouve le ministre de l’Economie Amin Salam.

« Al-Anbaa’ »

Les sites de communication bourdonnaient de la suggestion d’un nom spécifique qui était à l’origine de la victoire dans la bataille de la Chambre des représentants hier.

Des positions incompréhensibles émises par des forces censées être plus rationnelles et suggérant qu’elles sont loin du réalisme politique.

« Al-Binaa’ »

Une source parlementaire a déclaré que le nouveau-né le plus important qui a émergé de la première session parlementaire n’était pas les députés du changement qui se sont transformés en un phénomène vocal, mais les 7 députés qui soutiennent le président Saad Hariri et qui ont joué un rôle influent dans les résultats en tant que phénomène de vote et jouera un rôle dans les postes de premier ministre du gouvernement et de la république.

Une référence parlementaire s’est demandée comment un représentant ou un candidat qui a accepté de concourir et de remporter la candidature à un siège régi par des restrictions sectaires justifie son évasion de la compétition pour les postes constitutionnels au parlement, ou appelle de l’extérieur du parlement à ne pas se présenter au motif qu’il a refusé de se présenter sur la base de la restriction sectaire elle-même ?