SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2022, Thursday |

Procédures plus sévères par le Golfe dans les prochains jours

Dans une nouvelle crise diplomatique avec le Conseil de coopération du Golfe (CCG), le Président a rencontré hier les ambassadeurs du Liban en Arabie saoudite Fawzi Kabbara, du Bahreïn Milad Namour, et le chargé d’affaires de l’ambassade du Liban au Koweït Hadi Hashem, et les a informés de l’évolution des relations libanaises avec les trois pays, à la lumière des récents développements et des procédures aux recours de ces pays après avoir convoqué leurs ambassadeurs de Beyrouth et demandé aux trois diplomates libanais de partir.

Il a déclaré « Des travaux sont en cours pour remédier à la situation qui s’est produite entre le Liban, l’Arabie saoudite et un certain nombre de pays du Golfe, sur la base de la volonté du Liban d’établir les meilleures relations avec nos pays arabes frères, en particulier l’Arabie saoudite et les États du Golfe ».
Les trois diplomates ont informé Aoun des détails de leurs références diplomatiques dans les pays d’où ils ont été expulsés, ce qu’aucun d’entre eux n’attendait, a déclaré al-Joumhouria. Ces détails laissent présager des mesures plus sévères que celles prises à ce jour, si les responsables libanais ne remédient pas à la crise et ne s’y attaquent pas aussi rapidement que nécessaire, avant que les choses n’atteignent des stades avancés et qu’il ne devienne difficile de les défaire.

La délégation diplomatique a transmis à Aoun la situation des communautés libanaises vivant dans une atmosphère de préoccupation pour le travail futur de leurs enfants et de leurs familles. Les assurances officielles ne suffisent pas à la lumière des tensions vécues par le public saoudien, en particulier le Golfe en général, en ce qui concerne les campagnes les ciblant via les médias sociaux, en particulier lorsqu’elles sont publiées par des leaders d’opinion publique, des médias, des politiciens, des diplomates et des professeurs d’université en Arabie saoudite.