SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2023, Saturday |

Un Président avant le printemps… Et c’est la personne qui a le plus de chance !

Les Libanais plient les derniers jours de l’année 2022, pour commencer demain leur nouvelle année, qui portera les fardeaux de ce qui restait de l’année en cours, en termes de vide politique, de paralysie institutionnelle, d’effondrement économique et de détérioration sociale. Et les distances divergent entre les partis malgré les tentatives de rapprochement des points de vue, ce qui signifie que la situation ne changera pas.

La situation n’a pas besoin d’astrologues, car les faits sont clairs, et le Liban se dirige vers une nouvelle crise avec des taux élevés de pauvreté et de chômage en raison de la régression de l’économie et de la poursuite de la paralysie politique. Ici, il est nécessaire de souligner que tous les dossiers sont liés à la politique, et dès que les responsables prendront la décision de mettre en œuvre les réformes, le pays reviendra sur la bonne voie.

Le député Waddah Sadek a vu que « le Liban se trouve à un tournant avec le début de la nouvelle année, et dans le premier trimestre de celle-ci en particulier, alors soit les élections présidentielles seront achevées, et après cela un gouvernement sera formé, soit l’impasse continuera, et le Liban atteindra la paralysie complète à différents niveaux. »

Malgré le pessimisme concernant la réalisation de l’élection d’un président, Sadek a une vision relativement optimiste. Dans une interview accordée au journal en ligne Al-Anbaa, il s’attend à ce qu’ « un président soit élu dans les deux ou trois premiers mois de l’année prochaine, avec un parrainage extérieur bien sûr. » Selon lui, le commandant de l’armée Joseph Aoun est le plus proche pour devenir le président de la république.

Sadek a conclu son discours en avertissant que les institutions de l’État ont atteint le stade de la faillite, et qu’elles se désintègrent et ne fournissent pas de services aux citoyens, et l’effondrement actuel affecte tous les Libanais, donc les responsables et les personnes concernées sont censés réaliser la gravité de la situation, et se diriger vers des solutions.

    la source :
  • Al-Anbaa