SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Une rencontre rapprochée réunira Al-Rahi et Biden

Alain Sarkis- Nidaa Al-Watan

Les choses semblent fermées, alors que l’escalade des positions et les tensions qui se produisent ne montrent pas qu’elles sont bonnes.

Al-Rahi se tient debout, essayant de faire quelque chose, dans un temps d’effondrement.

Face à toutes ces tragédies, le patriarche maronite, le cardinal Mar Bechara Boutros Al-Rahi, porte le fardeau le plus lourd, et peut-être que les conditions qu’il traverse sont les plus dures pour un patriarche maronite.

Al-Rahi croit que la structure de l’État est en train de tomber et que la classe dirigeante ne fait rien pour la sauver, c’est donc lui qui prend l’initiative et la prend dans les pays du monde entier.

Al-Rahi travaille sur la ligne des pays arabes, afin de rétablir les relations qui ont été coupées par les pratiques de la classe politique.

Les relations avec le Royaume d’Arabie Saoudite ont beaucoup progressé, car la plupart des questions en suspens concernant les dossiers économiques qui touchent les agriculteurs et les industriels évoluent vers une solution à l’initiative du Patriarche.

Quant à la deuxième direction, sur laquelle travaille le patriarche Al-Rahi, c’est la communauté internationale.

La rencontre des chefs des confessions chrétiennes au Liban, avec Sa Sainteté le Pape François au Vatican, a constitué un début important pour établir les lignes de sauvetage fixées par le commanditaire, à savoir la neutralité et la conférence internationale pour le Liban.

Cette affaire, si elle indique quelque chose, est une initiative du Vatican, afin de soulever la question libanaise dans les forums internationaux.

Dans ce contexte, le mouvement patriarcal ne se limitera pas au Vatican, à la France et à l’Europe: tous les regards sont tournés vers les États-Unis d’Amérique, où le Patriarche Al-Rahi pourrait se rendre dans la période à venir.

L’importance de la visite du patriarche à Washington vient pour porter de près la question libanaise à l’attention de l’administration américaine.

Al-Rahi s’était déjà rendu à Washington, mais les conditions politiques et économiques étaient différentes de la situation actuelle.

Il y a une opinion dans l’Église, qui appelle l’Amérique à faire un effort pour neutraliser le Liban des conflits régionaux.

Ce point de vue considère que l’influence de l’Iran au Liban et dans la région a accru le mépris américain.
Par conséquent, Washington doit travailler pour nous sauver de la tutelle iranienne et de la domination des armes iraniennes, par des moyens diplomatiques, et non en fabriquant des guerres et des confrontations internes.

Dans ce contexte, il existe un « lobby libanais » actif qui travaille à la préparation de la visite d’Al-Rahi en Amérique, dont la date n’a pas encore été fixée.

Toute visite du Patriarche s’inscrit dans le cadre de la visite politique, même si elle comporte un aspect pastoral, car la communauté libanaise là-bas met tout en œuvre pour sauver la situation.

Le Patriarche veut, à travers sa visite, présenter les idées qu’il a présentées à l’administration américaine, notamment la neutralité et la conférence internationale pour sauver le Liban.

Par conséquent, la visite, lorsqu’elle aura lieu, comprendra une rencontre avec le président américain Joe Biden, d’autant plus que la nouvelle administration n’a pas encore mis le Liban sur la liste de ses priorités.