SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 September 2021, Monday |

1 380 prisonniers palestiniens entament une grève de la faim ouverte

Aujourd’hui, lundi, l’Autorité des affaires des prisonniers et ex-prisonniers a déclaré que le mouvement des prisonniers a décidé de mener une escalade face à l’administration pénitentiaire israélienne, qui poursuit ses opérations de torture, de répression, d’isolement et de brutalisation aux mains de ses unités répressives dans diverses prisons, et de lancer une grève de la faim ouverte vendredi prochain sous le slogan (la bataille pour défendre le droit.)

En effet, l’Autorité a indiqué qu’à la lumière de l’attaque frénétique menée par les plus hauts niveaux politiques en Israël et l’administration de ses prisons contre les prisonniers dans tous les centres de détention, et l’augmentation de son rythme au cours des derniers jours après la libération de 6 prisonniers eux-mêmes de la prison de Gilboa et la ré-arrestation de quatre d’entre eux sous la torture et les abus, le mouvement des prisonniers a décidé de défendre son droit et sa dignité à la vie et à la liberté en initiant une grève de la faim ouverte et progressive qui a commencé vendredi prochain sous le slogan (la bataille pour défendre le droit).

Elle a ajouté que le premier lot de la grève comprendra 1 380 prisonniers de plusieurs prisons, dont 400 prisonniers de la prison de Raymond, 300 prisonniers de la prison d’Ofer, 200 prisonniers de la prison de Nafha, 200 prisonniers de la prison de Megiddo, 100 prisonniers de la prison de Gilboa, 80 prisonniers de la prison d’Eshel, et 50 prisonniers de la prison de Shata et 50 prisonniers de la prison de Hadarim.

L’autorité a expliqué que le mouvement des prisonniers a élaboré un plan progressif pour l’escalade au cours de la période à venir, comme il a décidé de dissoudre tous les organes d’organisation de toutes les factions dans les différentes prisons, et d’entrer de nouveaux lots de prisonniers dans cette bataille mardi prochain, 21/09/2021, et 100 prisonniers des dirigeants des organisations entreront dans une grève de l’eau le vendredi suivant après la grève, dont deux membres du comité central du Fateh, Karim Younis et Marwan Barghouti.

La commission a révélé que le mouvement des prisonniers exigera, à travers cette bataille, ce qui suit :

1- Mettre fin à la politique de répression, d’abus et de déplacements arbitraires.

2- La fin des sanctions imposées à des centaines de prisonniers et le transfert des prisonniers isolés dans les sections régulières.

3- Le retour des conditions de détention à ce qu’elles étaient avant le 5 septembre.

4- La fin de la politique de détention administrative arbitraire et l’arrêt de la politique de renouvellement des détenus administratifs.

5- Le retour des visites familiales.

6- Mise en place de visites aux familles des prisonniers de Gaza.

7- L’installation d’un téléphone public fixe et permanent dans les prisons.

8- Le retour du matériel de cantine tel qu’il était avant la « loi Shalit » et l’introduction de denrées alimentaires, légumes, viande et fruits.

9- Réintroduire des vêtements par le biais de visites familiales.

L’autorité a lancé un appel aux organisations internationales de défense des droits de l’homme, humanitaires et juridiques pour qu’elles mettent fin à la politique de la honte en gardant le silence sur les crimes qui se produisent dans les prisons israéliennes, et qu’elles fassent pression sur le gouvernement d’occupation extrémiste pour qu’il respecte l’humanité des détenus palestiniens et le tienne responsable de ses crimes contre les milliers de prisonniers qui sont quotidiennement maltraités par les unités d’oppression et d’abus israéliennes.