SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 January 2022, Saturday |

18 militants tués dans des affrontements en République démocratique du Congo

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (RDC) ont déclaré mercredi avoir tué 18 miliciens, et deux soldats ont été tués dans une embuscade dans une région instable des hauts plateaux de l’est du pays.

Le major Dieudonné Kasereka, porte-parole de l’armée dans la province du Sud-Kivu, a déclaré qu’une unité de renforts avait été attaquée alors qu’elle traversait le village de Kagogo, dans la région d’Uvira, mardi matin.

Il a ajouté que les attaquants étaient des « miliciens de l’alliance Makanika-Twigwaneho », en référence à un groupe armé qui prétend représenter le peuple tutsi d’origine rwandaise. Il a poursuivi : « Dans un échange de tirs, l’armée a tué 18 miliciens », tandis que deux soldats ont été tués et cinq grièvement blessés.

Les observateurs confirment que plus de 120 groupes armés sont actifs dans l’est de la République démocratique du Congo, dont beaucoup sont l’héritage des guerres régionales qui ont éclaté dans les années 1990.

Makanika-Twigwaneho est dirigé par un colonel de l’armée, Michel Rukondo Makanika, qui a quitté l’armée début 2020 et a établi une force dans les hauteurs de Fizy au Sud-Kivu.

Les affrontements entre les combattants banyamulenge et l’armée congolaise se sont multipliés ces derniers mois.