SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

195 morts et plus de 322 000 déplacés au Niger

Les fortes pluies qui se sont abattues sur le Niger depuis juin dernier, et les graves inondations qui en ont résulté, ont fait 195 morts et déplacé plus de 322 000 personnes, faisant de la saison des pluies de cette année l’une des plus meurtrières de l’histoire du pays, qui a généralement un climat sec.

Selon un bilan en demi-finale du Service de la défense civile, les inondations ont tué 195 personnes à travers le pays le 21 octobre, dont 136 effondrements de maisons et 59 noyades.

Environ 211 personnes ont été blessées et 32.286 autres se sont retrouvées sans abri, selon l’AFP.

Alors que la saison des pluies touche à sa fin, le bilan s’alourdit au fil des semaines, puisque le précédent bilan, le 4 octobre, évoquait 192 morts, le déplacement de 263 671 personnes et 211 blessés.

Les zones les plus touchées sont Maradi (centre-sud) avec 74 morts, Zinder (centre-est) 64 morts, Dosso (sud-ouest) 27 morts et Tahoua (ouest) 18 morts.

La capitale nigériane, Niamey, peuplée de deux millions d’habitants, a été relativement épargnée, avec deux morts et plus de 1 300 déplacés.

Les pluies ont également complètement détruit ou endommagé plus de 30000 maisons, 83 salles d’étude, 6 centres de soins médicaux et 235 magasins de céréales, et près de 700 têtes de bétail ont péri.

Alors que les pluies s’arrêtaient dans le pays, la rivière Komadogo Yobe a inondé les quartiers de Diffa, la plus grande ville du sud-est du Niger, ce week-end.

Ce fleuve sert de frontière naturelle avec le Nigéria d’où il prend sa source, et s’étend sur une longueur de 150 kilomètres séparant les deux pays, avant de se jeter dans le lac Tchad, une vaste zone pleine d’îles et de marécages, qui était utilisée par l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest. comme refuge.

On rapporte que la saison des pluies – qui commence en juin et peut se prolonger jusqu’en octobre – fait régulièrement des victimes au Niger, y compris dans les régions désertiques du nord, mais le bilan humain est particulièrement lourd cette année.

Au Nigeria voisin, plus de 600 personnes sont mortes depuis juin, dans les pires inondations depuis une décennie.

« Selon toutes nos études, nous pouvons lier ces pluies au changement climatique », a déclaré Katielo Gabtia Lawan, directeur général de la météorologie au Niger.

Il a ajouté: « Il pleut beaucoup, la terre étant incapable d’absorber l’eau courante, qui s’est détériorée en raison de l’action humaine. »

    la source :
  • Des agences