SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

20 responsables et entités iraniens sont sous le coup de sanctions européennes

A la lumière des protestations continues dans la rue iranienne, l’Union européenne, aujourd’hui, lundi, a inclus 20 responsables et entités iraniennes, y compris la Société de radio et de télévision, dans les listes de sanctions contre Téhéran.

L’union a également appelé l’Iran, dans une déclaration, à cesser ses activités de déstabilisation politique et militaire régionale, sachant que la déclaration finale des ministres des affaires étrangères de l’Union européenne a évoqué les pratiques déstabilisatrices de Téhéran au Yémen, au Liban, en Syrie et en Irak.

L’Union européenne a appelé à cesser « toutes les actions et tentatives visant à menacer la sécurité, la liberté de navigation et les routes maritimes dans la région du Golfe. »

Cette décision intervient alors que les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne ont convenu, également aujourd’hui lundi, d’allouer deux milliards d’euros (2,1 milliards de dollars) à un fonds qui servira à payer le soutien militaire à l’Ukraine, après qu’il se soit presque épuisé pendant près de 10 mois de guerre.

Le Conseil européen, qui comprend les États membres de l’Union, a déclaré qu’il était possible d’allouer davantage au fonds ultérieurement.

À son tour, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a déclaré lundi que les nouvelles sanctions de l’Union européenne contre l’Iran viseront les Gardiens de la révolution.

« Avec ce paquet de sanctions, nous visons spécifiquement les responsables d’exécutions et de violences contre des innocents », a-t-elle déclaré aux journalistes alors qu’elle arrivait pour une réunion avec ses homologues de l’Union européenne à Bruxelles.

Elle a poursuivi : « Il s’agit en particulier des gardiens de la révolution, mais parmi eux se trouvent également ceux qui tentent d’intimider ou de punir les gens par le biais de vidéos forcées (d’aveux). »

Il convient de noter que les ministres européens des affaires étrangères ont discuté du neuvième train de sanctions russes, qui devrait placer près de 200 autres personnes et entités sur la liste des sanctions de l’UE.

Les ministres ont examiné les nouvelles sanctions imposées aux personnes et institutions iraniennes en raison de violations des droits de l’homme dans le cadre de la campagne menée par Téhéran contre les manifestants, ainsi que la fourniture de drones à la Russie.

La Nouvelle-Zélande a imposé des sanctions à 22 responsables iraniens, dont les commandants des Gardiens de la révolution et de la Sécurité intérieure.

Les sanctions néo-zélandaises visaient des responsables iraniens, ainsi que le chef de la police des mœurs.

Samedi, la ministre australienne des Affaires étrangères, Penny Wong, a annoncé que le gouvernement allait imposer des sanctions visant des personnes et des entités en Iran, en réponse à des violations « flagrantes » des droits de l’homme.

Wong a déclaré dans un communiqué que l’Australie allait imposer des sanctions à 13 personnes et deux entités, dont la police des mœurs iranienne, le bassidj et 6 Iraniens qui ont participé à la répression des manifestations qui ont éclaté après la mort de Mahsa Amini (22 ans) lors de sa détention en septembre dernier, selon Reuters.

    la source :
  • alarabiya