SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

2022… l’année « la plus sanglante » pour les Palestiniens en Cisjordanie

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wencesland, a déclaré que 2022 est en passe d’être l’année la plus meurtrière pour les Palestiniens en Cisjordanie depuis que les Nations Unies ont commencé à suivre le nombre de morts en 2005, et a appelé à une action immédiate pour de – aggraver la « situation explosive » et aller vers la reprise des négociations israélo-palestiniennes.

« Le désespoir, la colère et la tension grandissants se sont à nouveau transformés en un cycle meurtrier de violence de plus en plus difficile à contenir », a déclaré Wencesland au Conseil de sécurité de l’ONU, notant qu' »un très grand nombre de personnes ont été tuées et blessées, la grande majorité dont des Palestiniens. »

Dans son évaluation, le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient a déclaré que la forte détérioration de la Cisjordanie et la situation instable actuelle résultaient de décennies de violence qui ont eu des effets négatifs sur les Israéliens et les Palestiniens, ainsi que de l’absence prolongée de négociations et de l’incapacité à résoudre les principaux problèmes qui alimentent le conflit israélo-palestinien.

Wencesland a ajouté que son message aux responsables, aux factions palestiniennes, aux responsables israéliens et à la communauté internationale au cours des dernières semaines était clair que « la priorité urgente est de travailler pour calmer la situation et inverser les tendances négatives sur le terrain », mais l’objectif devrait être « d’habiliter et le renforcement de l’Autorité palestinienne et la préparation d’un retour au processus politique.

Le mois dernier, l’envoyé de l’ONU a déclaré que 32 Palestiniens, dont six enfants, avaient été tués par les forces de sécurité israéliennes et 311 blessés lors de manifestations, d’affrontements, de perquisitions, d’arrestations et d’attaques présumées contre des Israéliens.

Il a ajouté que deux membres des forces israéliennes ont été tués et 25 citoyens israéliens ont été blessés lors de tirs et d’attaques par écrasement par des Palestiniens, lors d’affrontements, de jets de pierres et de cocktails Molotov, et d’autres incidents au cours de la même période.

Wencesland a déclaré que le mois avait vu une « escalade de la violence meurtrière » qui place 2022 sur la bonne voie pour devenir l’année la plus meurtrière en Cisjordanie.

Plus de 125 Palestiniens ont été tués dans les combats israélo-palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est cette année. Les combats se sont intensifiés depuis une série d’attaques palestiniennes qui ont tué 19 personnes en Israël au printemps.

L’armée israélienne affirme que la plupart des morts palestiniens étaient des militants. Mais parmi les morts figuraient de jeunes lanceurs de pierres qui protestaient contre les incursions et d’autres qui ne participaient pas aux affrontements.

Les raids israéliens en cours en Cisjordanie posent un sérieux défi à l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, selon l’Associated Press.

Riyad Mansour, ambassadeur de Palestine auprès des Nations unies, a prononcé un discours enthousiaste devant le Conseil de sécurité, vendredi, déclarant : « Notre peuple, nos enfants et nos jeunes sont en train d’être tués et ne mourront pas en vain.  »

Pour sa part, l’ambassadeur d’Israël aux Nations Unies, Gilad Erdan, a répondu que le message contenu dans le discours d’Abbas aux dirigeants mondiaux le mois dernier (septembre) et la déclaration de Mansour, vendredi, sont identiques, soulignant que ces déclarations « contiennent des mensonges sur l’oppression et illusions d’agressivité. «