SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

3 Algériens tués dans un bombardement marocain à la frontière du Sahara occidental

L’Algérie a annoncé, mercredi, la mort de trois de ses ressortissants dans un bombardement marocain à la frontière entre le Sahara occidental et la Mauritanie, et a averti que « leur assassinat ne restera pas impuni. »

L’incident de lundi souligne les risques d’escalade entre les deux rivaux nord-africains après des mois de détérioration des relations à cause du conflit du Sahara occidental.

Et la présidence algérienne a déclaré dans un communiqué : « Plusieurs éléments indiquent l’implication des forces d’occupation marocaines au Sahara occidental dans la perpétration de ce lâche assassinat à l’aide d’armes perfectionnées. »

« Les trois personnes se trouvaient dans un camion se dirigeant vers la Mauritanie pour des échanges commerciaux », a-t-il ajouté.

Mais, il n’y a pas eu de commentaire immédiat du Maroc.

Après que des photos d’un véhicule en feu se soient répandues sur les médias sociaux, mardi, la Mauritanie a déclaré qu' »il n’y a pas eu de bombardement sur son territoire. »

L’Algérie est le principal hôte et soutien du Front Polisario, qui cherche à obtenir l’indépendance du Sahara occidental vis-à-vis du Maroc, qui contrôle la majeure partie de cette région et la considère comme faisant partie de son territoire.

L’année dernière, après un incident près d’un poste frontière entre le Sahara occidental et la Mauritanie, le Front Polisario a annoncé la reprise de sa lutte armée contre le Maroc après une trêve de trois décennies.

Mais bien que le Front et les médias algériens aient annoncé des attaques contre des cibles marocaines, le Maroc affirme qu’il est toujours attaché au cessez-le-feu annoncé en 1990, et qu’il ne s’engage dans aucune action militaire sauf en réponse à une attaque.

Cette année, l’Algérie a coupé les liens avec le Maroc, l’accusant de ne pas respecter ses engagements sur le Sahara occidental et de soutenir un groupe indépendantiste en Algérie.

L’Algérie a également interrompu ses livraisons de gaz et fermé son espace aérien aux avions marocains.

Le Maroc a qualifié ces accusations de fabriquées et absurdes, affirmant que la décision de l’Algérie de couper ses liens n’est pas justifiée, et affirme que l’Algérie est la principale partie dans le conflit du Sahara Occidental.

En réponse à la suspension de l’approvisionnement en gaz, le Maroc a estimé que la décision de l’Algérie de ne pas renouveler le contrat gazier avec lui n’aurait actuellement qu’un « faible impact » sur la performance du système électrique national.

L’Office national marocain de l’électricité et de l’eau potable a déclaré que le royaume a pris « les dispositions nécessaires pour assurer la continuité de l’approvisionnement du pays en électricité et que d’autres options sont actuellement à l’étude pour des alternatives durables à moyen et long terme. »