SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

4 personnes d’une même famille, dont des enfants, ont été tuées par un bombardement turc dans le nord de la Syrie

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a annoncé la mort de quatre civils d’une même famille, dont trois enfants, ce matin, mercredi, dans des frappes de missiles turcs visant les environs de la ville d’Ain Issa, dans le nord de la Syrie.

Les forces turques et les factions syriennes loyales sont déployées au nord de la ville d’Ain Issa, dans la campagne nord de Raqqa, depuis une attaque lancée contre les combattants kurdes en octobre 2019, au cours de laquelle ils ont pris le contrôle d’une vaste zone frontalière.

De temps en temps, des affrontements ont lieu entre les deux parties au nord de la ville, qui est sous le contrôle de l’administration autonome kurde, et les Forces démocratiques syriennes, où ils étaient basés.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a signalé qu’un tir de missile effectué par les forces turques et leurs factions loyales a visé le village d’Al-Safawiya dans la campagne d’Ain Issa, tuant un homme et 3 enfants.

L’observatoire a indiqué qu’il y avait des victimes de la même famille, dont une femme et sa fille.

L’administration autonome kurde, qui contrôle de vastes zones dans le nord et le nord-est de la Syrie, a condamné l’attaque turque, notant qu’elle visait des zones habitées.

Ankara, qui a lancé entre 2016 et 2019, trois attaques militaires en Syrie, classe les Unités de protection du peuple kurde, l’épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), comme une organisation terroriste, et la considère comme une extension du Parti des travailleurs du Kurdistan, qui mène une insurrection contre elle.

Les FDS sont le principal partenaire de Washington dans la guerre contre ISIS, ce qui suscite depuis longtemps les critiques d’Ankara.

En octobre 2019, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé le début d’une nouvelle opération militaire contre les Unités de protection du peuple kurde (YPG) soutenues par l’Occident, qu’Ankara considère comme « terroristes ».

Erdogan a publié un tweet sur son compte Twitter officiel, dans lequel il déclare : « Les forces armées turques et l’Armée nationale syrienne (oppositions soutenues par Ankara) ont commencé l’opération Printemps de la paix dans le nord de la Syrie. »

Le 20 juillet, l’Observatoire syrien a documenté la mort d’un civil et la blessure de deux autres suite au fait que les forces turques et leurs factions loyales ont ciblé la route internationale M4 entre le village de Hoshan et la ville d’Ain Issa, au nord de Raqqa, avec des mitrailleuses lourdes et moyennes, alors que des voitures civiles passaient sur la route.

Depuis 2011, la Syrie est le théâtre d’un conflit sanglant qui a tué environ un demi-million de personnes, causé des dommages massifs aux infrastructures et aux secteurs productifs, et entraîné le déplacement et la fuite de millions de personnes à l’intérieur et à l’extérieur du pays.