SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

80 pays signent une déclaration à Dublin pour mettre fin aux bombardements de zones civiles

80 pays, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, ont signé à Dublin (vendredi 18-111-2022) une déclaration dans laquelle ils s’engagent à s’abstenir de bombarder des zones civiles. C’est la première fois que des pays s’entendent pour limiter l’utilisation d’armes explosives dans des zones habitées.

Cet accord international est le résultat de plus de trois ans de négociations et vise à contrer l’impact dévastateur des attaques sur les civils et les infrastructures civiles critiques.

« La déclaration politique d’aujourd’hui définit les mesures qui seront prises dans les opérations militaires pour mieux protéger les civils », a déclaré le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, dans un communiqué.

« Sa mise en œuvre changera la façon dont les armées opèrent dans les zones peuplées, et cela inclut un engagement à limiter ou à s’abstenir d’utiliser des armes explosives lorsque leur utilisation est susceptible de nuire aux civils ou aux biens civils », a-t-il ajouté.

La Russie a bombardé les infrastructures ukrainiennes dans le cadre de l’invasion de son voisin depuis neuf mois, ce qui a entraîné des pannes de courant dans toute l’Ukraine et l’a obligée à rationner la consommation d’électricité à l’approche de l’hiver.

Moscou a reconnu avoir ciblé les infrastructures énergétiques, mais nie avoir ciblé les civils. Le bureau des droits de l’homme des Nations unies a indiqué que 6 557 civils étaient morts dans la guerre en Ukraine au 13 novembre.

La déclaration a été signée par plus des deux tiers des États membres de l’OTAN.

Les critiques affirment depuis longtemps que la longue histoire de l’Occident en matière de bombardements de zones civiles pendant la guerre le rend vulnérable aux accusations d’hypocrisie.

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont utilisé des armes explosives lourdes à Mossoul, en Irak, lors d’une campagne militaire contre l’État islamique qui s’est terminée en 2017, tandis que l’OTAN a lancé une campagne de bombardement de 78 jours en Yougoslavie en 1999.

Les guerres dans d’autres pays, comme l’Éthiopie, la Syrie et le Yémen, ont été le théâtre de bombardements de zones civiles.

Mais les grandes puissances militaires comme la Russie, la Chine et Israël n’ont pas adopté la déclaration, pas plus que l’Inde.

L’accord est un engagement politique, mais il n’est pas juridiquement contraignant, et aucune sanction n’est prévue pour les pays qui ne l’appliquent pas.

Mirjana Spoljaric, directrice du Comité international de la Croix-Rouge, a salué l’accord mais a déclaré qu’il n’était que le début d’un long processus.

« Il (l’accord) envoie un signal fort selon lequel les parties belligérantes ne peuvent pas continuer à se battre dans les zones peuplées comme elles le font actuellement », a-t-elle déclaré.