SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Accord de coopération sur le climat entre les États-Unis et la Chine : « Surprise de la COP26 »

L’accord conjoint entre les États-Unis et la Chine pour « renforcer l’action climatique » a été une « surprise » pour les milliers de participants au sommet des Nations unies sur le climat, qui s’achève vendredi à Glasgow, selon ce que décrivent le « New York Times » et le « Guardian ».

Selon le New York Times, les États-Unis et la Chine, rivaux confrontés à des tensions croissantes en matière de commerce, de droits de l’homme et d’autres questions, se sont prononcés en tant qu’alliés dans la lutte pour maintenir le réchauffement climatique à des niveaux relativement sûrs.

En marge du sommet COP26 de Glasgow, les deux pays ont élaboré une déclaration commune sur le renforcement de l’action sur le climat, selon ce qu’a annoncé mercredi l’envoyé chinois pour le climat, Xie Zhenhua.

En effet, la Chine et les États-Unis collaborent dans certains domaines clés spécifiques, comme la réduction du méthane – un puissant gaz à effet de serre – et des émissions provenant des transports, de l’énergie et de l’industrie, selon le Guardian.

« Les deux parties reconnaissent la différence entre les efforts actuels et les objectifs de l’accord de Paris, et nous allons donc travailler ensemble pour renforcer l’action sur le climat », a déclaré le responsable chinois aux journalistes.

De plus, Xie a souligné que l’accord « prouve que la coopération est la seule voie possible pour la Chine et les États-Unis », à un moment où les tensions entre les deux pays se sont récemment reflétées dans la question du climat.

Et l’envoyé américain pour le climat, John Kerry, a reconnu les différences entre les États-Unis et la Chine, « mais en matière de climat, la coopération est la seule façon d’accomplir cette tâche », selon le New York Times.

Aussi, Kerry s’est dit satisfait de la « feuille de route » qui vise à définir « la manière dont nous allons réduire le réchauffement de la planète et travailler ensemble pour réaliser les ambitions climatiques. »

À cet égard, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a salué l’accord entre la Chine et les États-Unis comme un « pas important dans la bonne direction. »

« Je salue l’accord conclu aujourd’hui entre la Chine et les États-Unis pour travailler ensemble afin de prendre des mesures climatiques plus ambitieuses au cours de cette décennie », a écrit Guterres, qui se trouve à Glasgow, sur Twitter, notant que la lutte contre la « crise climatique exige une coopération et une solidarité internationales. »

La Chine est le premier pays en termes d’émissions de gaz à effet de serre, suivie par les États-Unis en deuxième position. Ensemble, les deux pays produisent environ 40 % de toute la pollution par le carbone.

En outre, l’annonce américano-chinoise est intervenue le jour même où les organisateurs du sommet ont publié une première version d’un nouvel accord mondial de lutte contre le changement climatique, appelant les pays à « reconsidérer et renforcer leurs plans » d’ici à la fin de 2022 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et « accélérer l’élimination progressive des subventions au charbon et aux combustibles fossiles. »

Selon de nombreux experts, l’accord conjoint Chine-États-Unis n’est pas à la hauteur de l’accord conclu en 2014 entre les États-Unis et la Chine pour réduire conjointement les émissions, qui a ouvert la voie à l’accord de Paris sur le climat que près de 200 pays ont signé en 2015.

« Cela signifie que le niveau intense du dialogue entre les États-Unis et la Chine sur le climat peut désormais se traduire par une coopération », a déclaré au New York Times Tom Woodruff, ancien diplomate spécialiste du climat et chercheur à l’ « Asia Policy Association Institute. »

Également, le président américain Joe Biden, venu à Glasgow à l’occasion de la conférence la semaine dernière, a estimé que l’absence de son homologue chinois, Xi Jinping, de la « COP 26 », était une « grosse erreur ».

« La Chine et les États-Unis, en tant que deux grandes puissances mondiales, devraient assumer la responsabilité de travailler ensemble et avec d’autres parties pour lutter contre le changement climatique », a déclaré l’envoyé chinois.

Selon le texte de l’accord publié sur Internet, les deux pays s’engagent à travailler dans le cadre de la « COP 26 » pour « un règlement ambitieux, équilibré et inclusif sur la question (de la réduction des émissions), de l’adaptation et du soutien financier. »

Ils s’engagent également, de manière générale, à « prendre des mesures renforcées pour atteindre les ambitions au cours des années 2020 », affirmant leur adhésion aux objectifs de l’Accord de Paris en matière de réchauffement climatique.