SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

AIEA : L’Iran n’a pas fourni de clarification satisfaisante concernant l’uranium

Alors que le Conseil des gouverneurs de l’AIEA se réunissait lundi à Vienne, le directeur de l’AIEA, Rafael Grossi, a passé en revue les résultats de sa brève visite à Téhéran lundi.

Dans un discours prononcé au cours de la session, il a expliqué que Téhéran n’avait pas fourni d’explications suffisantes sur les raisons pour lesquelles les traces d’uranium trouvées par l’AIEA sur certains sites nucléaires.

Garanties à la communauté internationale

Il a également estimé qu’une telle confusion pourrait affecter la capacité de l’AIEA à donner des assurances à la communauté internationale sur le caractère pacifique du programme nucléaire iranien.

Il a également exprimé sa volonté de retourner en Iran pour rencontrer le nouveau gouvernement et discuter des questions en suspens, espérant qu’il serait en mesure de les résoudre grâce à une coopération directe et constructive avec le gouvernement iranien.

Il a déclaré qu’il discuterait davantage de ces questions avec le vice-président iranien Mohammad Islami, qui se rendra à Vienne la semaine prochaine pour des réunions en marge de l’Assemblée générale de l’AIEA.

Solution temporaire

Après son retour de Téhéran hier, où il a rencontré le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique Mohammad Islami, Grossi a confirmé qu’il était parvenu à une solution intérimaire avec les autorités iraniennes pour maintenir les caméras de surveillance.

Il a également expliqué à l’époque que l’Iran avait accepté de permettre aux inspecteurs d’INTERNATIONAL de maintenir des équipements de surveillance spécifiques et de remplacer des cartes mémoire spéciales sur un certain nombre de sites nucléaires, mais a noté que l’Agence n’avait pas encore eu accès aux enregistrements des caméras.

Au sujet de l’uranium, il a souligné que les pourparlers sur cette question prenaient beaucoup de temps.

Mais dans le même temps, il a réitéré que l’accord intérimaire ouvre un mur au cours des négociations diplomatiques au point mort, faisant référence aux pourparlers de Vienne, qui sont au point mort depuis juin, après six cycles en avril, sans résoudre toutes les difficultés.

    la source :
  • alarabiya