SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

AIEA : L’Iran nous a empêchés d’inspecter une installation nucléaire

Après que les avertissements européens et les appels à un retour rapide à la table des négociations ont été reportés ces derniers jours, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a révélé de nouvelles informations.

Son directeur, Rafael Grossi, a annoncé que les autorités iraniennes avaient empêché les inspecteurs de l’AIEA de télécharger le contenu des caméras de surveillance d’une installation nucléaire touchée par des explosions en juin dernier.

Il a ajouté dans une interview avec NBC, que le programme de l’agence sur la surveillance des activités nucléaires en Iran n’est pas solide, soulignant le refus iranien de prétendre continuer à enquêter sur l’incident de sabotage présumé qui s’est produit sur ce site en juin dernier et a entraîné la destruction de l’une des caméras de l’agence et les dommages tangibles à une autre.

Blocage des informations

Il a également expliqué que ce refus n’a pas paralysé les efforts de l’AIEA pour contrôler pleinement le programme nucléaire de Téhéran, mais qu’il lui avait nui et pourrait empêcher l’agence de réinstaller une image de ce que les Iraniens avaient fait sur le site récemment.

Si l’accord nucléaire entre l’Iran et les grandes puissances reprend en 2015, les parties à l’accord devraient savoir sur quel terrain elles mettront les pieds.

Grossi a également rappelé le scénario de la Corée du Nord, qui a développé un arsenal nucléaire au cours des dernières années depuis qu’elle a expulsé les observateurs internationaux, avertissant que l’échec de la diplomatie nucléaire avec l’Iran aurait un impact politique énorme sur le Moyen-Orient et au-delà.

Les autorités iraniennes ont blâmé Israël pour ce qu’ils ont dit être un « acte de sabotage » sur le site de Karj, où certains rapports ont suggéré que l’installation avait été attaquée par des drones.

Autres options

Les négociations nucléaires, qui ont débuté à Vienne en avril, sont au point mort depuis juin, sur fond de forts appels à leur reprise et d’avertissements selon lesquels le retard ouvrira la voie à Washington pour envisager d’autres options.

L’administration du président américain Joe Biden a agité à plusieurs reprises ce qu’elle décrit comme d’autres options si Téhéran retarde un retour aux négociations, avertissant que le temps est écoulé et que les chances de relancer l’accord de 2015 diminuent.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a récemment averti à plusieurs reprises les autorités iraniennes de leur violation continue de l’accord nucléaire.

    la source :
  • alarabiya