SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

Al-Bourhan : Nous ne nous opposons pas aux manifestations pacifiques

Alors que les forces politiques ont appelé à des manifestations demain, samedi, contre l’imposition de l’état d’urgence et la dissolution du gouvernement, le commandant en chef de l’armée soudanaise, Abdel Fattah Al-Bourhan, a annoncé aujourd’hui, vendredi, qu’il n’y avait aucune objection à la « manifestation pacifique. »

Il a ajouté : « C’est un droit garanti et légitime, et chaque fois que les manifestations sont pacifiques, les forces de sécurité n’interviendront pas. »

Le sort des détenus

Dans ce contexte, l’agence de presse Sputnik a cité Al-Bourhan disant qu’un comité juridique décidera du sort des fonctionnaires qui ont été arrêtés cette semaine, suite à la dissolution du Conseil de souveraineté et du Conseil des ministres.

Et il a ajouté : « Quiconque le comité trouve qu’il est accusé d’une charge sera renvoyé devant les autorités judiciaires, et celui qui n’est pas trouvé face à une charge sera libéré. »

Le gouvernement sera former dans une semaine

Il a révélé que le nouveau gouvernement sera former dans une semaine, ajoutant que les forces militaires choisiront un premier ministre parmi les technocrates.

Il a également ajouté : « L’ancien premier ministre a été choisi par consensus entre les forces politiques et militaires, et maintenant les forces politiques n’existent plus, et nous avons une responsabilité et une obligation nationale de diriger la phase de transition jusqu’aux élections. »

En outre, il a précisé que les forces militaires n’interviendront pas dans la sélection des ministres, mais qu’elles seront choisies par le premier ministre, qui sera approuvé par les différents secteurs du peuple soudanais.

« Nous tenons à corriger le cours de la révolution »

Al-Bourhan avait confirmé dans des déclarations hier soir que les forces armées avaient pris ces mesures le 25 octobre, car elles étaient « déterminées à corriger le cours de la révolution », qui a chassé l’ancien président Omar el-Béchir.

Il a également souligné l’adhésion des militaires à la tenue d’élections et au maintien de la voie démocratique de la gouvernance.

    la source :
  • alarabiya