SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Al-Houthi accepte une proposition de l’ONU de décharger le pétrolier Safer

Un responsable houthi a déclaré que le groupe avait signé un accord avec les Nations unies pour décharger le pétrolier paralysé « Safer », qui risque de laisser échapper 1,1 million de barils de pétrole brut au large des côtes du Yémen.

Le mois dernier, Martin Griffiths, le coordinateur des secours humanitaires et d’urgence de l’ONU, a déclaré qu’il y avait un accord de principe pour transférer le pétrole du pétrolier Safer vers un autre pétrolier. Il n’a pas précisé de date pour cela.

Le pétrolier Safer est coincé au large du port pétrolier yéménite de Ras Issa sur la mer Rouge depuis plus de six ans et les responsables des Nations Unies ont averti que le pétrolier pourrait fuir quatre fois le pétrole qui s’est déversé lors de la catastrophe de l’Exxon Valdez au large de l’Alaska en 1989.

Auparavant, un accord avait été conclu selon lequel une équipe technique des Nations Unies examinerait le navire en détérioration de 1976 et effectuerait d’éventuelles réparations, mais aucun accord définitif n’a été conclu sur les dispositions nécessaires.

Le Conseil de sécurité des Nations unies avait appelé les Houthis au Yémen à autoriser rapidement les experts des Nations unies à examiner un pétrolier chargé de plus d’un million de barils de pétrole brut ancré au large des côtes du Yémen, et averti du risque d’explosion et de une catastrophe environnementale, économique, maritime et humanitaire pour le Yémen et la région, reprochant aux Houthis d’avoir retardé l’évaluation technique du pétrolier Safer, que les Nations unies avaient espéré publier en mars dernier.

Le tanker « Safer » est une unité flottante de stockage et de déchargement, ancrée au large de la côte ouest du Yémen, à 60 km au nord du port de Hodeidah, et sert à stocker et exporter du pétrole provenant des champs pétrolifères de Ma’rib.

Parce que le navire n’a pas subi de travaux d’entretien depuis 2015, le pétrole brut (1,148 million de barils) et la montée des gaz constituent une menace sérieuse pour la région, et l’ONU affirme que le navire est une bombe à retardement qui peut exploser à tout moment.

Récemment, des images satellites ont montré le début d’une fuite de pétrole du réservoir flottant Safer au port de Ras Issa dans le gouvernorat de Hodeidah dans la mer Rouge à l’ouest du Yémen.

    la source :
  • alarabiya
  • Reuters