SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 October 2022, Sunday |

Al-Houthi commet plus de 30 000 violations dans le gouvernorat de Hajjah

Le centre americain pour la justice (une organisation non gouvernementale de défense des droits de l’homme) a révélé que la milice Houthi avait commis plus de 30 000 violations contre des civils dans le gouvernorat de Hajjah, au nord-ouest du Yémen, au cours de la période allant de janvier 2015 à décembre 2021.

Un récent rapport publié par le Centre indique que les violations commises par la milice Houthi varient entre le droit à la vie et à la sécurité physique, le droit à la liberté, la destruction et le pillage de biens privés et publics, les violations des droits des enfants et des femmes, les violations du droit à l’éducation, et d’autres violations.

Le rapport, intitulé « Gouvernorat de Hajjah.. Droits confisqués.. et libertés violées », a documenté le meurtre de (329) civils, dont 164 civils directement, dont 18 enfants et 15 femmes, et le meurtre de 131 civils par des bombardements aveugles de villages et des zones peuplées, et la mort de 34 personnes par des mines individuelles posées par la milice dans plusieurs zones du gouvernorat.

Le rapport a relevé les blessures de plus de (800) civils par les tirs de la milice Houthi, dont 462 par des bombardements aveugles et 263 par des blessures par balle et les explosions de mines ont blessé 26 femmes et 58 enfants.

Il a confirmé que la milice avait enlevé et arrêté plus de 2507 civils, dont 605 ont été victimes de disparition forcée, et certains d’entre eux sont toujours cachés. 1252 civils ont été soumis à des tortures psychologiques et physiques, et la milice a forcé 3118 familles représentant (13 814 individus) à se déplacer de force hors du gouvernorat.

Il a expliqué que la milice Houthi avait recruté près de 6 000 enfants de moins de quinze ans, dont 674 avaient été tués sur les fronts de combat.

Le centre a indiqué que la milice a remplacé les noms de 31 écoles avec les noms de leurs dirigeants, en plus de l’exploitation des stations de radio scolaires dans toute la province pour inciter à la violence, à la haine et à la mobilisation sectaire.

    la source :
  • alarabiya