SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Ankara annonce le début des travaux techniques pour la fourniture de chasseurs F-16

Le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a annoncé aujourd’hui, samedi, le début des travaux techniques concernant la fourniture de chasseurs F-16 à son pays par les États-Unis, en plus de la modernisation de ses chasseurs actuels.

Cette déclaration a été faite par Akar aux journalistes au siège de la Mission permanente de la Turquie auprès de l’OTAN à Bruxelles, après sa participation à la réunion des ministres de la défense de l’OTAN au cours des deux derniers jours.

Et il a déclaré : « Le travail technique a commencé avec notre allié et ami stratégique, les États-Unis d’Amérique, pour fournir des avions F16 Viper Block 70 et moderniser nos chasseurs. »

De plus, il a souligné que renforcer l’armée turque signifie également renforcer la force de défense de l’OTAN.

En réponse à une question sur le déroulement de sa rencontre avec le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, Akar a déclaré : « Le sommet des dirigeants se tiendra à Rome le 30 octobre. Et notre président rencontrera Biden. Nous essayons de contribuer autant que nous le pouvons au cours de notre réunion ici, afin que la prochaine rencontre entre les deux présidents soit constructive et positive, et aboutisse à une solution aux problèmes en suspens. »

Le 17 octobre, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que le dossier des avions de combat F-16 était lié à celui des avions de combat F-35, et que l’offre à cet égard venait du côté américain et non de la Turquie.

Et il a indiqué que la question qui préoccupe la Turquie est qu’elle a payé un milliard et 400 millions de dollars pour le projet de chasseur F-35, et ce qui a été rapporté par les médias est une offre américaine de vendre à la Turquie 40 chasseurs F-16 en échange de cela.

Il convient de noter que Washington n’a pas livré les chasseurs F-35 à la Turquie, malgré le paiement de leur prix, sous le prétexte de l’obtention par Ankara du système de défense aérienne russe « S-400 », après que les États-Unis se soient abstenus de fournir à la Turquie des systèmes Patriot, selon l’agence Anadolu.