SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

António Guterres : Il n’y a aucun signe à l’horizon de la fin de la guerre en Ukraine

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a exprimé son optimisme quant à la fin prochaine de la guerre en Ukraine, mais il a exprimé son espoir que ce soit en 2023.

« Je ne suis pas optimiste quant à la possibilité de tenir des pourparlers de paix dans un avenir proche », a déclaré le Secrétaire général lors de sa conférence de presse annuelle de fin d’année à New York.

Et lundi, la Russie a lancé des attaques à l’aide de drones qui ont ciblé des infrastructures à Kyiv dans une guerre qui ne montre aucun signe de ralentissement, après être entrée dans son dixième mois.

António Guterres a déclaré au siège des Nations unies à New York : « Je pense que la confrontation militaire va se poursuivre, je pense que nous devons attendre un moment où des négociations sérieuses pour la paix seront possibles », ajoutant qu’il ne voit pas d’indications de négociations de ce genre. genre « à l’horizon ».

Après plusieurs séries de pourparlers de paix entre les délégations des deux pays au début du conflit, les négociations sont au point mort.

L’Ukraine exige le retrait complet de la Russie de son territoire pour reprendre les pourparlers.

Le mois dernier, un haut responsable ukrainien a déclaré que toute discussion non basée sur les frontières internationalement reconnues de l’Ukraine était « inacceptable ».

Guterres a déclaré qu’il espérait « beaucoup » la paix en 2023.

Le Secrétaire général a énuméré les « répercussions » sur le peuple ukrainien, la société russe et l’économie mondiale, qui connaît une hausse des prix alimentaires et des ressources énergétiques à la suite de la guerre, estimant que la crise se poursuivra à moins qu’un accord ne soit parvenu.

António Guterres a ajouté : « Ce sont toutes des raisons qui nous motivent à faire tous les efforts possibles pour parvenir à la paix avant la fin de l’année 2023 ».

En l’espace d’une heure, Guterres a répondu à une série de questions sur divers sujets, notamment la paix au Moyen-Orient, les missiles nord-coréens et la situation dangereuse au Mali.

Concernant l’Iran, le Secrétaire général a qualifié la répression du régime contre les manifestants iraniens de « totalement inacceptable ».

« Nous assistons à des violations majeures des droits de l’homme en Iran et nous les condamnons fermement », a-t-il déclaré.