SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 14 August 2022, Sunday |

Attention… 4 silos risquent de tomber à tout moment!

Le ministre de l’Environnement du gouvernement intérimaire, Nasser Yassine, a indiqué que « le dragage dans le port de Beyrouth est divisé en deux parties, la partie nord et la partie sud, la partie sud fixée jusqu’à l’heure et soumise à une surveillance permanente, tandis que la partie nord est celui qui a été le plus endommagé par l’explosion.  »

Il a expliqué que « la raison pour laquelle les silos sont tombés du côté nord des greniers est le temps et les incendies qui se sont déclarés dans le grain ».

Il a souligné dans une interview à la radio que « la partie restante du côté nord est constituée de 4 silos et ils sont susceptibles de s’effondrer à tout moment maintenant, et il y a une anticipation et un suivi du danger d’effondrement et de ses effets, et ceux concernés travaillent toujours avec précision et en continu.  »

Il a souligné que « les silos du sud sont stables et qu’il n’y a pas de danger pour eux, et la décision du Conseil des ministres était de démolir, et cette question a été reportée de deux ans par respect pour les victimes, ce qui a conduit à son effondrement, et même le juge d’instruction Tarek Bitar a annoncé qu’il n’avait plus besoin d’en recueillir la moindre preuve et qu’il pouvait le démolir. »

Yassin a déclaré : « L’année dernière, le ministère de l’Économie a retiré environ 6 à 7 000 tonnes de céréales des silos, et environ 15 000 tonnes sont restées à l’intérieur des silos, mais il y a un danger pour les travailleurs s’ils essaient d’enlever le reste du grain. le grain qui a fermenté.

Il a ajouté qu' »il n’y a pas de substances toxiques émises par la chute de la litière, bien sûr il y a carbonisation des matériaux en combustion, mais il n’y a aucun danger jusqu’à présent, et nous examinons l’air de Beyrouth en continu et pendant plusieurs jours avec des spécialistes de la l’armée, les universités et les ministères concernés. »

Il a souligné que « le port de Beyrouth doit être évacué avant l’effondrement des silos restants, car aucun champignon n’a été rencontré à la suite de la fermentation des céréales dans les silos, et nous nous efforçons d’informer les parties concernées dès que possible ».