SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Avertissement israélien: Le Hezbollah cherche à exploiter les tensions d’Al-Aqsa pour les élections au Liban

Un journal hébreu a averti que les milices du Hezbollah tentent d’exploiter politiquement les tensions à la mosquée al-Aqsa lors des prochaines élections au Liban.

Le journal israélien Jerusalem Post a cité un membre du conseil exécutif du Hezbollah qui a critiqué Israël la semaine dernière, affirmant que les tensions autour de la mosquée Al-Aqsa ne resteraient pas « sans réponse ».

Elle a déclaré « Les déclarations ont été publiées dans des médias iraniens proches du régime indiquant le soutien de Téhéran aux menaces du Hezbollah par Hassan al-Baghdadi, un responsable de la milice qui a été désigné sur une liste terroriste par les États-Unis ».

« Selon les rapports de l’agence de presse Fars, Al-Baghdadi a affirmé que les (attaques) d’Israël contre les fidèles musulmans étaient (une violation claire des saintetés et des sentiments musulmans). »

Le journal israélien a poursuivi : « La chaîne de médias Al-Manar du Hezbollah a également cité ces déclarations. L’affirmation est que le Hezbollah croit que cette agression ne peut pas rester sans réponse. »

« L’article dans les médias iraniens ne fournit pas plus de détails sur les menaces du Hezbollah, mais fait référence aux prochaines élections au Liban. »

« L’objectif ici est d’essayer d’utiliser les tensions avec Israël pour accroître le soutien au Hezbollah au Liban parce que le mouvement sait que les récents commentaires des factions libanaises opposées au Hezbollah suggèrent qu’ils pourraient bien performer lors des prochaines élections », a déclaré le journal israélien dans une analyse.

Le journal a ajouté « Le Hezbollah a toujours voulu diriger la colère régionale plus large contre Israël dans le contexte de ses messages soutenus par l’Iran en particulier. C’est parce que Téhéran n’est pas toujours en mesure d’obtenir le soutien du mouvement palestinien au sens large. L’Iran cherche à utiliser les Palestiniens contre Israël et utilise souvent le Hezbollah comme agent dans ces actes. »

Le Hezbollah a affirmé qu’Israël continue d’« occuper » le Liban, justifiant la « résistance » du Hezbollah. L’Iran décrit ses différentes milices en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen comme « le centre de la résistance ».

« Le Hezbollah veut utiliser les derniers jours du Ramadan pour accroître les tensions avec Israël. Il espère que des groupes soutenus par l’Iran tels que Jihad en Palestine se joindront à lui pour accroître les tensions. »

Le journal a rappelé que « le Hezbollah affirme que lors des prochaines élections prévues à la mi-mai, « certains Libanais ont déclaré leur loyauté absolue au diable et à ses mercenaires, ce qui a causé une stigmatisation pour la société libanaise ».

L’Iran et ses mandataires tels que le Hezbollah ont longtemps comparé Israël et les États-Unis à « satan ». Ces commentaires sont conformes à ce récit. »

Le journal a souligné « Al-Baghdadi, un responsable du Hezbollah, a souligné que le blocus économique sur le Liban ne changera pas la perception des Libanais de la résistance qu’il a défendue et soutenue, ni ne renversera le projet israélien » selon Fars News.

Le Hezbollah a critiqué l’ambassade américaine au Liban pour « ingérence dans les élections libanaises ».

En tant que tel, son objectif est maintenant d’accroître la tension avec Israël et de l’utiliser ensuite pour accroître son rôle dans les élections.

Le journal hébreu a conclu son rapport en avertissant que le Hezbollah veut dépeindre ses opposants au Liban comme des outils pour Israël et les États-Unis.