SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

BBC appelle l’Iran à cesser de harceler ses journalistes de langue persane

À l’occasion de la Journée mondiale des droits de l’homme, la BBC a appelé vendredi l’Iran à cesser de harceler et de menacer ses journalistes travaillant pour son service d’information persan.

Le service persan de la BBC a une audience mondiale d’environ 22 millions de personnes par semaine, dont près de 13 millions en Iran, où la chaîne a été interdite.

« Depuis plus d’une décennie, l’Iran a lancé une campagne de harcèlement et d’intimidation contre les journalistes persans de BBC News et leurs familles en Iran », a déclaré l’autorité dans un communiqué.

Elle a déclaré « Cela inclut des menaces de mort contre des journalistes de la BBC et leurs familles à Londres, le gel des avoirs, le harcèlement et les attaques sexuelles contre des femmes journalistes en ligne ».

« Des membres de la famille en Iran ont été arrêtés arbitrairement dans des circonstances dégradantes, interrogés, sommés de dire à leurs proches de cesser de travailler à la BBC et soumis à d’autres formes de discrimination parce que leurs proches travaillaient » à la BBC, selon le communiqué.

« Les menaces contre le personnel persan de BBC News et les journalistes parlant persan en dehors de l’Iran se sont intensifiées au cours de l’année écoulée », a-t-elle déclaré, incitant la police à intervenir pour les protéger à Londres.

Selon un RAPPORT d’experts de l’ONU publié en mars 2020, le personnel de la BBC a fait l’objet d’intimidations de la part du régime, y compris des menaces de mort contre leurs proches vivant en Iran.

« Nous appelons la communauté internationale à prendre des mesures fortes et immédiates pour s’assurer que l’Iran est tenu responsable et que les journalistes du service persan de la BBC travaillent sans crainte », ont déclaré les avocats Quillin Gallagher et Jennifer Robinson.

L’appel est intervenu au plus fort des tensions entre Londres et Téhéran, notamment sur la situation de l’Irano-Britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe, arrêtée en 2016 à Téhéran, où elle rendait visite à sa famille.

Elle a été accusée de conspiration pour renverser la République islamique, ce qu’elle nie, et condamnée à cinq ans d’emprisonnement.

Après avoir purgé sa peine, elle a de nouveau été condamnée, fin avril, à un an d’emprisonnement pour avoir participé à une marche devant l’ambassade d’Iran à Londres en 2009.

Son mari Richard Ratcliffe pense qu’elle est prise en otage par de vieilles dettes de 400 millions de livres sterling (468 millions de livres sterling) et Londres a refusé de la payer depuis que le Shah a été renversé d’Iran en 1979.

    la source :
  • AFP