SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

Biden propose une aide à la Corée du Nord pour lutter contre Corona

Alors que la Corée du Nord refuse toute aide étrangère pour combattre l’épidémie de COVID-19 et maintient ses frontières fermées, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont proposé samedi de fournir une assistance à la Corée du Nord pour combattre l’épidémie.

Dans une déclaration commune publiée à l’issue d’un sommet entre les présidents américain Joe Biden et sud-coréen Yoon Suk Yeol à Séoul, « les deux dirigeants expriment leur préoccupation face à la récente apparition de l’épidémie de Covid-19 » en Corée du Nord, soulignant qu’ils sont « prêts à travailler avec la communauté internationale pour fournir une assistance » à Pyongyang.

La Corée du Nord a déclaré samedi avoir trouvé près de 220 000 personnes supplémentaires présentant des symptômes de fièvre, alors même que le dirigeant Kim Jong Un annonçait des progrès dans le ralentissement de la propagation de la COVID-19, largement non diagnostiquée, parmi les 26 millions de personnes non vaccinées.

L’épidémie a suscité l’inquiétude quant aux graves tragédies survenues dans un pays pauvre et isolé, doté de l’un des pires systèmes de soins de santé au monde et d’une tolérance implacable à l’égard de la souffrance des civils.

Selon les experts, il est presque certain que la Corée du Nord sous-estime l’ampleur réelle de la propagation du virus, y compris le nombre étrangement faible de décès, afin d’alléger la pression politique sur Kim, qui traverse le moment le plus difficile de sa décennie de règne.

Environ 21 930 Nord-Coréens ont été identifiés comme ayant de la fièvre dans les 24 heures précédant vendredi à 18 heures, soit la cinquième augmentation quotidienne consécutive d’environ 200 000 personnes, selon l’agence de presse centrale coréenne, qui a attribué l’information au quartier général antivirus du gouvernement.

La Corée du Nord a annoncé que plus de 2,4 millions de personnes ont été infectées et que 66 personnes sont décédées depuis qu’une fièvre inconnue a commencé à se propager rapidement fin avril, bien que le pays n’ait pu identifier que quelques-uns de ces cas comme étant du COVID-19 en raison d’une pénurie de matériel de test.

Élargissement des manœuvres

Washington et Séoul ont également annoncé leur intention d’élargir les exercices militaires conjoints pour contrer la « menace » de la Corée du Nord.

« Compte tenu de la menace croissante que représente la République populaire démocratique de Corée, les deux dirigeants conviennent d’entamer des pourparlers afin d’élargir la portée et l’ampleur des exercices militaires conjoints et des manœuvres sur la péninsule coréenne et autour de celle-ci », indique la déclaration finale.

Séoul est la première station de Biden dans sa tournée asiatique, qui doit inclure Tokyo, où il participera au sommet régional de l’alliance Quad, qui comprend l’Australie, l’Inde, le Japon et les États-Unis.

Biden a commencé sa journée par une visite au cimetière national de Séoul, où sont enterrés les soldats américains tombés pendant la guerre de Corée (1950-1953).

Le président a déposé une gerbe au mémorial, qui rend hommage à des dizaines de milliers de soldats dont les corps n’ont pas été retrouvés. Il a ensuite entamé des entretiens privés avec Yoon, après quoi les deux présidents tiendront une conférence de presse conjointe avant un dîner officiel.

Biden a souligné que l’alliance des États-Unis avec la Corée du Sud est plus forte que jamais, et a déclaré : « Nous sommes convenus avec Séoul de notre volonté de dissuader les menaces de la Corée du Nord et de la dénucléariser. »

La sincérité des intentions de Kim

Biden a déclaré que toute rencontre éventuelle avec le leader nord-coréen dépend de la « sincérité » des intentions de Kim Jong Un.

Pour sa part, le président sud-coréen a souligné l’engagement de son pays à maintenir la paix dans la péninsule coréenne et a déclaré : « Nous espérons que la Corée du Nord suivra la voie de la dénucléarisation. »

Il a ajouté : « Nous partageons avec Washington une profonde inquiétude au sujet de l’arme nucléaire de la Corée du Nord. »

Biden a souligné la nécessité pour la Corée du Sud et les États-Unis de travailler pour « maintenir la résilience, la fiabilité et l’intégrité de nos chaînes d’approvisionnement. »

Pour sa part, Yoon a noté que la Corée du Sud fournit environ 70 % de la production mondiale de semi-conducteurs. Il a également estimé que la visite de Biden pourrait aider les deux pays à former « une nouvelle alliance économique et sécuritaire fondée sur les technologies avancées et la coopération en matière de chaînes d’approvisionnement. »

    la source :
  • Alhurra
  • Reuters