SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 31 January 2023, Tuesday |

Biden quitte Genève..

Le président américain Joe Biden a quitté Genève après son sommet avec son homologue russe Vladimir Poutine.

Après sa première rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine, qui a duré environ 3 heures, le président américain Joe Biden a confirmé, mercredi, qu’il veut « des relations stables » avec la Russie, soulignant en même temps que les Etats-Unis  » ne tolérera pas aucune violation de sa souveraineté. »

Biden a déclaré lors d’une conférence de presse tenue à Genève, après le sommet, qu’il avait discuté avec son homologue russe Vladimir Poutine de plusieurs sujets: « la stabilité stratégique, les cyberattaques, les droits de l’homme, l’arrestation par la Russie de l’opposition Alexei Navalny, l’Iranien dossier nucléaire, et la situation en Ukraine et en Syrie Libye, et la coopération dans l’Arctique. »

Il a qualifié les discussions qu’il a eues avec Poutine de « positives ». « Le ton de toute la réunion… était bon et positif », a-t-il déclaré.

Il a ajouté : « Poutine et moi avons partagé la responsabilité commune en ce qui concerne la geration des relations entre les deux grands pays… Notre relation doit être continuer et nous devons être ouverts à la coopération en fonction de nos intérêts communs ».

Biden et Poutine ont tenu deux rounds de pourparlers en présence des ministres des Affaires étrangères des deux pays, où les deux hommes se sont serré la main en présence du président suisse, Guy Parmelin.

Il est arrivé à La Grange Palace à Genève, après Poutine, alors que la zone se transformait en caserne militaire, alors que les autorités de sécurité prenaient des mesures exceptionnelles, et cela pour sécuriser le sommet.

Et Biden dit que « la rencontre directe est toujours plus meilleure ».

Les présidents Poutine et Biden sont apparus devant le palais de La Grange, avec le président suisse Guy Parmelin au milieu, qui a exprimé son espoir envers les resultats de ce sommet.

Et enfin, le président américain a dit : »J’ai dit à Poutine que mon programme n’est pas contre la Russie, mais il est pour le bien du peuple américain ».