SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 February 2023, Friday |

Blanchiment d’argent et trafic de drogue… Une opération de sécurité koweïtienne aboutit à un réseau complice du « Hezbollah »

Jeudi dernier, les autorités de sécurité koweïtiennes ont arrêté un groupe accusé de travailler et de collaborer avec la milice libanaise « Hezbollah ».

Selon le journal koweïtien « Al-Seyassah », citant des sources sécuritaires, les services de sécurité de l’État ont arrêté un groupe collaborant avec le « Hezbollah » accusé d’avoir recruté des jeunes pour travailler avec le parti en Syrie et au Yémen.

Les sources ont indiqué au journal que le ministère de l’Intérieur avait reçu un rapport de sécurité d’un pays frère, indiquant que le groupe était composé de quatre personnes, dont l’une est le fils d’un ancien député, une autre est le frère d’un ancien député, et un troisième a été nommé dans des affaires antérieures depuis le détournement de l’avion Jabriya dans les années 80, et un quatrième serait des hommes seniors du « travail caritatif ».

Elle a expliqué que le Service de sécurité de l’État interrogeait les quatre, qui sont « H. G.G.S., J.J., J.D., sur un certain nombre d’accusations également, notamment le blanchiment d’argent pour le « Hezbollah » au Koweït et le financement de jeunes koweïtiens pour les encourager à se faire passer pour le « Hezbollah » et à participer à ses actes terroristes, et le trafic de drogue dans la Syrie et le Yémen.

Comme les sources ont évoqué la visite du ministre de l’Intérieur, Cheikh Thamer Al-Ali, au bâtiment de la Sûreté de l’État mercredi dernier ; Pour passer en revue les enquêtes, elle a déclaré que les accusés ont admis avoir collecté des dons auprès des mosquées sans autorisation préalable, indiquant qu’ils seraient déférés au ministère public après l’achèvement des enquêtes de la sécurité de l’État avec eux.