SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Bombardement russe de plus de 40 villes…Et menace de fermeture du dernier passage humanitaire

Selon l’armée ukrainienne, les forces russes ont bombardé plus de 40 villes dans la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, menaçant de fermer le dernier grand passage de fuite pour les civils pris au piège dans le quatrième mois de l’invasion.

Après avoir échoué à prendre Kiev ou Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine, la Russie tente d’établir un contrôle total du Donbass, composé de deux provinces à l’est, en faveur des séparatistes.

La Russie a envoyé des milliers de soldats dans la région, où ils attaquent de trois côtés, dans l’espoir d’encercler les forces ukrainiennes stationnées dans la ville de Severodonetsk, sur la rive est du fleuve Seversky Donets, et en face de Lysychansk, sur la rive ouest. Leur chute ferait passer l’ensemble de la région de Lougansk sous contrôle russe, ce qui constitue un objectif clé pour le Kremlin.

« Les occupants ont bombardé plus de 40 villes dans la région de Donetsk et de Lougansk, détruisant ou endommageant 47 sites civils, dont 38 maisons et une école. À la suite de ces bombardements, cinq civils ont été tués et 12 ont été blessés », a indiqué la Force opérationnelle combinée des forces armées ukrainiennes sur Facebook.

Le communiqué des forces armées indique que dix attaques ont été repoussées, que quatre chars et quatre drones ont été détruits et que 62 « soldats ennemis » ont été tués.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que les forces russes étaient « largement supérieures en nombre » dans certaines zones de l’est.

Reuters n’a pas été en mesure de vérifier de manière indépendante les rapports sur les batailles.

Dans le dernier signe des efforts de Moscou pour consolider son emprise sur les terres qu’il a saisies, le président Vladimir Poutine a signé un décret facilitant le processus d’obtention de la citoyenneté et des passeports russes pour les résidents des zones nouvellement capturées.

Mercredi, le Parlement russe a supprimé l’âge maximum pour le service contractuel dans l’armée, soulignant le besoin de troupes pour remplacer celles qui manquent.

« Ils n’ont plus assez de jeunes hommes, mais ils ont toujours la volonté de se battre », a déclaré Zelensky dans un discours vidéo diffusé tard dans la nuit, commentant les nouvelles règles de recrutement de la Russie. Il faudra un certain temps pour écraser cette volonté ».

Zelensky a déclaré cette semaine que le conflit ne peut prendre fin que par des pourparlers directs entre lui-même et Poutine.

D’autre part, Serhiy Gaidai, gouverneur de la région de Lougansk, a déclaré que la police de Lysychansk collectait les corps des morts pour les enterrer dans des fosses communes.

Il a ajouté qu’environ 150 personnes ont été enterrées dans une fosse commune dans l’un des districts de Lysychansk.

Gaidai a déclaré que les familles des morts enterrés dans des fosses communes pourraient les enterrer à nouveau après la guerre, et que la police délivrait des documents permettant aux Ukrainiens d’obtenir des certificats de décès pour leurs proches.

À Pokrovsk, une ville du Donbas sous contrôle ukrainien qui est devenue un important centre d’approvisionnement et d’évacuation, un missile a endommagé une voie ferrée et des bâtiments voisins.

À Kramatorsk, près de la ligne de front, les rues étaient largement abandonnées, tandis qu’à Sloviansk, à l’ouest, de nombreux habitants ont profité de ce que l’Ukraine a décrit comme une pause dans l’offensive russe pour partir.

« Ma maison a été bombardée, je n’ai rien », a déclaré Vera Safronova, qui était assise dans un wagon de train parmi les personnes évacuées.

Au nord, deux personnes ont été tuées et sept blessées dans un bombardement d’artillerie russe sur la ville de Balakliya dans la région de Kharkiv, a déclaré sur Facebook un assistant du gouverneur de la région.

La Russie vise également le sud de l’Ukraine, où, selon des responsables, le bombardement a tué un civil, endommagé des dizaines de maisons à Zaporizhzhia et détruit une installation industrielle à Kryvyi Rih.

En outre, Moscou a imposé un blocus naval au sud de l’Ukraine, qui exporte généralement des céréales et de l’huile de tournesol par la mer Noire, entraînant une hausse des prix à l’échelle mondiale. Mercredi, l’Union africaine a exhorté les deux pays à reprendre leurs exportations de céréales et d’engrais pour éviter une famine générale.

La Russie a rendu les sanctions occidentales responsables de la crise alimentaire. Elle a déclaré hier qu’elle était prête à ouvrir un passage humanitaire permettant aux navires transportant de la nourriture de quitter l’Ukraine, mais que les sanctions devaient être levées en contrepartie.

Les pays occidentaux ont imposé des sanctions strictes à la Russie. Washington a poussé Moscou au bord d’un défaut de paiement historique mercredi en ne prolongeant pas une exemption qui lui avait permis de payer les détenteurs d’obligations aux États-Unis. Cette exemption a permis à Moscou de continuer à payer sa dette publique jusqu’à présent.

La Commission européenne a proposé de faire de la violation des sanctions de l’UE contre la Russie un crime.

L’Union européenne a également exprimé son espoir de parvenir à un accord sur des sanctions visant le pétrole russe avant la prochaine réunion des dirigeants de l’Union.

Moscou, du moins pour l’instant, ne se trouve pas dépourvue d’argent. Les revenus du pétrole et du gaz ont atteint 28 milliards de dollars pour le seul mois d’avril, grâce à la hausse des prix de l’énergie.

    la source :
  • Reuters