SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Canada fait face à la Chine avec des accusations enflammées

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a averti que la Chine jouait à des « jeux hostiles » avec la démocratie et les institutions canadiennes, à la suite d’un rapport faisant état d’ingérence étrangère dans les élections.

Les commentaires du responsable canadien sont intervenus après que le média local Global News a rapporté que Pékin avait financé un « réseau clandestin » de candidats lors du récent scrutin, et quelques jours après que les autorités ont commencé à enquêter sur des postes de police chinois illégaux dans la région de Toronto.

« Nous avons adopté des normes de base pour renforcer l’intégrité de nos processus et systèmes électoraux, et nous continuerons d’investir dans la lutte contre l’ingérence électorale, contre l’ingérence étrangère dans notre démocratie et nos institutions », a déclaré Trudeau aux journalistes.

« Malheureusement, nous voyons des pays du monde entier, que ce soit la Chine ou d’autres, continuer à jouer des jeux hostiles avec nos institutions et nos démocraties. »

Citant des sources anonymes, Global News a déclaré que des responsables du renseignement avaient dit au gouvernement Trudeau que la Chine cherchait à influencer le processus démocratique.

Le rapport affirmait que la Chine avait transféré de l’argent par l’intermédiaire d’un législateur ontarien et d’autres à au moins 11 candidats aux élections fédérales et agents chinois qui travaillaient dans leurs équipes de campagne. Le rapport ajoute que Pékin a également cherché à placer des agents dans les bureaux des membres du parlement pour influencer la politique.

Le mois dernier, la police canadienne a annoncé qu’elle examinait des rapports d’«activités criminelles liées à des soi-disant postes de police ».

Selon l’organisation Protection of Defenders, la police chinoise a utilisé le courrier de la police canadienne pour mener des opérations en sol étranger, faisant pression sur les citoyens chinois pour qu’ils retournent en Chine pour faire face à des accusations criminelles.

La Chine a réfuté les accusations d' »activité illégale », affirmant que les sites fournissaient simplement des services – tels que le renouvellement des permis de conduire – aux citoyens chinois à l’étranger.

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré lors d’une conférence de presse mardi que la Chine n’avait aucun intérêt dans les affaires intérieures du Canada.

    la source :
  • AFP