SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

« Carnegie Endowment » : 3 choses à retenir de la rencontre Biden-Bennett

Traduction de "Sawt Beirut International"
A A A
Imprimer

Le compte de « Carnegie Endowment for International Peace » a publié un tweet sur Twitter, disant : « Biden a rencontré le Premier ministre israélien Naftali Bennett aujourd’hui. Les deux dirigeants ont-ils trouvé un terrain d’entente sur des questions telles que l’Iran ? Le tweet était accompagné d’une vidéo dans laquelle Aaron David Miller parle de 3 choses qu’il a apprises de cette visite : »

« Premièrement, il est clair que les deux dirigeants ont tout intérêt à projeter une atmosphère de chaleur, de confiance et de proximité afin de démontrer que les choses ont changé et se sont dissipées depuis les années dysfonctionnelles de Netanyahu. L’idée est de trouver un équilibre entre la montée de la partisanerie dans les années Trump et la volatilité des relations entre Benjamin Netanyahu et le président Obama pendant son mandat. »

« Deuxièmement, il devrait être clair pour Biden que son monde ne commence ni ne finit avec Israël. Confronté au plus grand défi de réforme nationale de tout président américain depuis Franklin Roosevelt, et maintenant à la crise afghane, il est clairement occupé et a d’autres priorités. Cependant, la question la plus importante dans la région, et ce qu’il faut faire face aux recherches supposées de l’Iran pour s’armer du côté nucléaire, est une question critique qui pourrait pousser l’administration à rentrer dans le conflit. Bennett exerce une forte pression sur le président pour qu’il durcisse sa politique. Et je soupçonne que si les Iraniens, les Américains et les Européens ne trouvent pas un moyen de revenir à l’accord sur le nucléaire iranien et si l’Iran poursuit son comportement dans la région, Biden pourrait se tourner vers des politiques beaucoup plus proches de celles de Bennett. »

« Enfin, quoi qu’il en soit de ce qui les sépare, qu’il s’agisse de la question palestinienne, de l’Iran ou de la relation d’Israël avec la Chine, ils ont un plus grand intérêt à coopérer, principalement pour une raison. Bennett et Biden veulent tous deux éviter à tout prix le retour de Benjamin Netanyahu, qui dirige désormais l’opposition en Israël. L’idée que nous ne faisons pas de médiation dans la politique israélienne, que nous ne faisons pas de comparaison et qu’ils n’interfèrent pas dans la politique de notre pays est en fait un mythe qui n’a rien à voir avec la vérité. Bennett est l’homme de Biden, et l’émergence de ce gouvernement diversifié, qui pourrait durer encore un an ou deux ou peut-être plus, est vraiment un cadeau, un réconfort et une sécurité pour lui (Biden). La réunion d’aujourd’hui avait pour but de se mettre d’accord sur ces questions. Ils auront tout le temps de se disputer à l’avenir sur tout ce qui les divise. »