SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 January 2023, Sunday |

CGRI menace les manifestants en Iran

L’agence de presse semi-officielle iranienne Tasnim a rapporté que le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien a déclaré (lundi 5-12-2022) que les forces de sécurité n’auraient aucune pitié pour « les émeutiers, les bandits et les terroristes ».

Le CGRI a également félicité le pouvoir judiciaire pour sa position sur les manifestations et l’a exhorté à accélérer le prononcé des peines contre les personnes accusées d’avoir commis des « crimes contre la sécurité de la patrie et de l’islam ».

Dans un contexte connexe, l’Organisation iranienne des droits de l’homme a révélé le nombre de morts parmi les exécutions effectuées par le régime iranien depuis le début de cette année 2022.

L’organisation basée à Oslo a confirmé que le nombre de morts dépassait les 500 personnes en Iran, le taux d’exécutions le plus élevé en Iran depuis 5 ans.

L’organisation a souligné que les autorités iraniennes avaient exécuté dimanche 4 personnes dans la prison de Rajai Shahr, dans la ville de Karaj, à l’ouest de la capitale Téhéran, accusées de collaboration avec les services de renseignement israéliens.

Cela intervient alors que des manifestations ont balayé l’Iran depuis le meurtre de l’adolescente kurde Mahsa Amini le 16 septembre 2022, 3 jours après son arrestation par la police des mœurs.

Sa mort a depuis suscité l’indignation sur plusieurs questions, notamment les restrictions aux libertés individuelles et les règles strictes sur les vêtements des femmes, ainsi que les moyens de subsistance et la crise économique des Iraniens, sans parler des lois strictes imposées par le régime et de sa composition politique et religieuse en général.

Les forces de sécurité se sont livrées à la violence et à la répression, tuant environ 450 personnes et en arrêtant des milliers.

    la source :
  • Reuters